Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Avec une croissance à +2%, l'année 2017 a été un bon cru pour l'économie française

    28 mars 2018

    En 2017, le taux de croissance en France du PIB est de +2%, son plus haut niveau depuis 2011, laissant au passé les périodes troubles connues depuis la crise économique. Cette bonne performance s'explique par une baisse du chômage et de forts investissements réalisés par les entreprises nationales comme le confirme la dernière note de conjoncture de l'INSEE.

    Une bonne croissance pour 2017 mais des signes de fléchissement pour 2018

    Cette année 2017 a vu tous les indicateurs passés au vert. En effet, l'économie française s'est inscrite dans la dynamique économique mondiale retrouvant un rythme proche de croissance de ceux observés en 2011. La croissance du PIB de +2%, contre +1,1% en 2016, a été tirée par l'investissement des entreprises (+1,6%) et de celui des ménages (+0,6%). Cette tendance reste toutefois nuancée par la consommation des ménages (+0,2%) qui a ralenti sur un an. L'économie française a aussi été poussée par d'importantes livraisons d'avions entraînant une contribution positive au commerce extérieur (+0,6 point).

    Cependant, l'INSEE s'attend à ce que la croissance ralentisse à +0,4% pour le début de l'année 2018 en raison du rythme modéré de la consommation des ménages et ce malgré la hausse attendue de l'investissement des entreprises. Par ailleurs, d'autres institutions tablent sur une perspective de croissance de l'ordre de +2,1% pour 2018 et d'un fléchissement de l'ordre de +1,8% en 2019.

    Baisse du chômage en 2017

    Dans un tel contexte économique, le taux de chômage a fortement baissé en 2017, avec un taux à 8,9% en 2017 contre 10,0% en 2016. Le recul du taux de chômage a été rendu possible par 270 000 créations nettes d'emplois. L'emploi salarié dans les secteurs marchands non agricoles a augmenté de +257 000, une dynamique moins forte qu'attendue en raison de l'arrêt de la prime à l'embauche pour les PME en juin 2017. Quant aux politiques d'allègement du coût du travail (CICE et PRS), elles auraient eu un effet globalement neutre sur la création d'emplois. Début 2018, d'après l'INSEE, les perspectives en matière d'emplois restent très favorables avec un rythme de créations d'emplois similaire à 2017 (+133 000 pour début 2018) tirées par le secteur tertiaire hors intérim.

    L’État français dans les clous en matière de déficit public

    Pour la première fois depuis 2007, le déficit public de la France est passé sous la barre symbolique des 3% du PIB. En effet, d'après la dernière note de l'INSEE, le déficit public pour 2017 s'établit à 59,3 milliards d'euros, soit 2,6% du PIB (après 3,4% en 2016). Cette baisse du déficit public s'explique par le regain de croissance de l'économie française et d'une baisse des dépenses publiques. Toutefois, la dette publique (toute administration publique confondue) s'élève à 2 218,4 milliards d'euros. Elle s'accroît de 65,9 Md€ en 2017 et atteint 97,0% du PIB fin 2017 (contre 96,6% du PIB en 2016).  

    L'économie mondiale à son plus haut niveau depuis 2011

    Tout comme la France, l'économie internationale a connu en 2017 une forte croissance. Le commerce mondial a progressé de +5,2% en 2017, rythme qui n'avait pas été atteint depuis 2011. Ce dynamisme des échanges internationaux renforce l'importance des économies émergentes dans le commerce mondial. La zone euro n'échappe pas à la tendance internationale avec une croissance de +2,5% en 2017 comblant ainsi son retard conjoncturel avec les États-Unis.

    Cette lettre est réalisée par : Kader Berachoua, Stéphane Chen, Pierre-louis Passalacqua

    Les articles des experts SVP sur le même thème :