Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Baril de pétrole : 22% de chute depuis juin

    10 novembre 2014

    La surabondance de l'offre de pétrole brut continue de peser sur le cours du baril. Le prix moyen du pétrole de Mer du Nord, le Brent, s'établit, en octobre 2014, à un peu plus de 87 dollars, soit une baisse de 22% par rapport au niveau enregistré en juin dernier. Le prix le plus bas relevé en fin de séance à Londres a été de 82,7 dollars, le 26 octobre. Trois semaines avant la réunion de l'OPEP, aucun signe de rebond n'est perceptible.

    L'OPEP maintient le suspense

    Face à la baisse continue des cours, les acteurs du marché attendent avec intérêt la réunion de l'OPEP. Acteur majeur, l'Arabie saoudite ne semble pas vouloir intervenir, contrairement aux situations antérieures où le royaume régulait le marché et les prix, en augmentant ou en diminuant sa production. Pour les autres pays, les seuils de rentabilité varient. En effet, pour l'Arabie saoudite, le coût d'exploitation est inférieur à celui des pétroles de schiste américain. Par ailleurs, les pays plus peuplés comme le Venezuela, la Russie ou l'Iran ne peuvent pas durablement baisser leurs recettes pétrolières sans risques sociaux majeurs.

    Les Etats-Unis, premier producteur mondial de brut

    La conjoncture du marché pétrolier est désormais dominée par la production nord-américaine. L'exploitation des puits américains a progressé de façon spectaculaire. Selon l'Agence internationale de l'Energie, depuis 2010, la hausse atteint 54% tandis que la production des pays de l'OPEP et de la Russie n'augmentait que de 4%. En volume, l'augmentation de la production américaine représente 4 millions de barils/jour, soit la production du Canada, de la Chine, la production de l'Arabie saoudite étant de 9,5 millions de barils/jour.

    Recul du prix des carburants

    En France, le prix des produits raffinés bénéficie du recul du cours du brut. Cependant, la diminution est moins importante compte tenu de la marge des raffineurs et des taxes. En octobre, le prix moyen hors taxes du gazole est en baisse de 6,5% par rapport au prix de juin; TTC, la baisse est de 3,9%. Pour le super 95 El0, la réduction est de 9,4% (-4,9% TTC), pour le fuel domestique, la baisse est de 7,6% (-7,0% TTC). Les taxes, y compris la TVA, représente 52% du prix à la pompe pour le gazole, 59% pour le super, et 23% pour le fuel domestique. Le recul des prix n'a pas entrainé, en France, de rebond de la consommation de carburants, celle-ci restant stable au cours des 12 derniers mois connus (-0,1% en volume).