Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Conjoncture économique : premières tendances 2014

    04 juin 2014

    Après deux années de stabilité, l'activité économique de la France ne marque pas de signe notable de reprise au cours des premiers de l'année 2014. L'hypothèse du Ministère de l'économie de 0,9% de croissance reste optimiste pour les prévisionnistes. Les chefs d'entreprises, quant à eux, jugent le climat des affaires encore trop incertain pour investir ou embaucher.

    PIB mondial : +2,9%

    En 2014, la croissance mondiale manque toujours de dynamisme (+2,9% prévue contre +2,5% en 2013). La reprise reste plombée par les politiques monétaires restrictives. Les pays émergents demeurent trop dépendants de l'activité dans les pays développés pour dégager une demande interne suffisante pour compenser la baisse de leurs exportations. L'économie chinoise progressait de 7,3% en 2014 contre 7,7% en 2013. Aux Etats-Unis, la conjoncture s'améliore (+2,5% prévu en 2014). La zone euro renoue avec une croissance estimée à 1,1% contre une baisse de 0,4% en 2013 et de 0,6% en 2012.

    Croissance incertaine

    Au cours des premiers mois de l'année, l'activité française est restée stable. Principal contributeur de la croissance, la consommation des ménages a reculé de 0,5% au premier trimestre. En effet, les consommateurs, anticipant une hausse des taxes sur les véhicules automobiles, avaient accéléré le renouvellement de leur flotte dans les dernières semaines de 2013. La douceur de l'hiver a aussi limité la consommation d'énergie. La persistance d'un taux de chômage voisin de 10% influence le moral des ménages et par là même l'augmentation de leurs dépenses (+0,7% prévu pour l'année 2014).

    Légère reprise de la production

    La production de biens et services progresse modérément à l'exception du secteur de la construction qui est en recul. Les achats de logements baisseraient d'environ 3% en 2014 comme en 2013. Cette année, seuls les secteurs exportateurs resteraient les plus dynamiques. Pour investir, les chefs d'entreprises attendent des mesures de politique économique plus concrètes. Malgré cela, les prévisionnistes anticipent une reprise de l'investissement de 1,1% en 2014 après deux années de baisse.