Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Des salaires dynamiques malgré une faible création d'emplois

    29 juin 2018

    Après une année 2017 bénéfique pour la création d'emplois, le climat économique en ce début d'année 2018 n'est pas entièrement favorable. Le taux de chômage en France s'établit à 9,2%, soit une hausse de 0,2pp par rapport au dernier trimestre 2017. A contrario, au premier trimestre 2018, les salaires mensuels de base de l'ensemble des salariés ont progressé de +0,7% d'après le Ministère du travail.

    Salaires mensuels en nette hausse pour le début d'année

    Au premier trimestre 2018, l'indice du salaire mensuel de base (SMB) de l'ensemble des salariés (hors agriculture et emplois publics) a augmenté de +0,7% (contre +0,2% au dernier trimestre 2017).

    Pour ce début d'année 2018, la revalorisation du Smic a été légèrement plus importante qu'un an plus tôt (+1,2% après +0,9%), entraînant une forte évolution des salaires mensuels de base des ouvriers de l'ordre de +0,8% (contre +0,1% au 4ème trimestre 2017) avec en tête le secteur des activités spécialisés, scientifiques et techniques de l'ordre de +1,0% pour ce premier trimestre contre +0,5% il y a un an. On retrouve en deuxième position le secteur de la construction avec +0,9% au début 2018 contre +0,7% début 2017.

    Pour les cadres, l'évolution des salaires mensuels de base est également plus dynamique qu'il y a un an. En effet, l'indice SMB de l'ensemble des cadres tous secteurs d'activités confondus est de +0,7% (contre +0,6% début 2017).

    Une création d'emplois en France revue à la baisse

    D'après les prévisions de l'INSEE, le chômage continuerait de baisser et l'inflation serait plus dynamique en cette année 2018. Cette conjoncture se traduirait par une accélération du salaire mensuel de base des salariés dans les branches marchandes non agricoles, avec en moyenne annuelle une évolution de +1,7 % après +1,3 % en 2017. Quant au salaire moyen par tête, qui couvre un champ plus large de rémunérations (primes, intéressement, heures supplémentaires), il devrait rester plus dynamique que le SMB et augmenterait plus vivement qu'en 2017 (+2,1 % en 2018 après +1,7 %).

    Les prévisions concernant les créations d'emplois sur le territoire national sont revues à la baisse compte tenu du ralentissement de l'économie française pour ce début d'année (voir article sur la conjoncture économique de ce mois-ci). La création d'emplois initialement prévue était de 340 000 créations nettes mais, compte tenu d'une faible croissance du produit intérieur brut et d'une inflation dynamique, l'INSEE table désormais sur une création nette d'emploi de 183 000 postes en 2018. Les économistes ont revu leurs prévisions, d'une part, suite au contexte conjoncturel de ce début d'année et, d'autre part, parce que les effets positifs attendus par le CICE et le pacte de solidarité seront contrebalancés par les effets négatifs de la non-reconduction de la prime à l'embauche dans les PME.

    Toutefois, malgré ces corrections de prévisions réalisées par l'INSEE, le Gouvernement semble toujours optimiste dans sa lutte contre le chômage et dans sa quête de revalorisation du pouvoir d'achat des salariés. La Ministre du Travail a présenté les exonérations de charges sociales à venir et la continuité des réformes à destination des entreprises comme étant des mesures créatrices d'emploi. Ces mesures, bien que bénéfiques pour le marché du travail, ne trouveront de résultat que dans une transformation positive de la conjoncture économique française.

    Cette lettre est réalisée par : Kader Berachoua, Stéphane Chen, Pierre-louis Passalacqua

    Les articles des experts SVP sur le même thème :