Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

Echec de l'accord OPEP-non OPEP

11 mai 2016

A la mi-avril 2016, la réunion des pays producteurs de pétrole, appartenant ou non à l'OPEP, n'est pas parvenue à un accord de régulation des cours. Le prix du brut a cependant progressé tout au long du mois d'avril. Débutant à près de 39 dollars, le baril de Brent a frôlé 48 dollars à Londres en fin de mois. Le cours mensuel s'établit à 41,6 dollars contre 38,3 dollars en mars.

Affaiblissement de l'OPEP

Malgré plusieurs semaines de préparation, la réunion organisée à Dubaï sous le haut patronage de l'Arabie Saoudite pour l'OPEP et de la Russie pour les pays non membres de l'organisation s'est soldée sans accord pour geler la production mondiale de brut. La principale raison de cet échec revient à l'Arabie Saoudite hostile à une diminution de sa production pour céder des parts de marché à son rival politique, l'Iran, de retour sur le marché pétrolier après plusieurs années de sanctions.

La loi du marché sans régulation

Faute de régulation au niveau de l'OPEP, les cours du pétrole suivent la loi de l'offre et de la demande. Actuellement, du côté de la demande, la Chine et les États-Unis, les deux premiers consommateurs de pétrole, donnent des signes d'affaiblissement. L'offre demeure, quant à elle, excédentaire suite à la hausse de la production de l'Irak et de l'Iran. L'incendie qui règne dans les zones d'extraction de schistes bitumineux au Canada ainsi qu'une baisse de la production des Etats-Unis suite à des opérations de maintenance, a limité toutefois le repli attendu des cours.

Légère hausse du prix des carburants en France

En avril, suite à l'augmentation des cours pétroliers, le prix des carburants en France a progressé de 0,7% sur le mois pour le gazole, de 3,5% pour les essences sans plomb et de 1,5% pour le prix du fuel domestique. Depuis le mois de janvier, les prix gagnent 4,6% pour le gazole, 2,9% pour les essences et 6% pour le fuel domestique.

Cette lettre est réalisée par : Jean-luc Zeiler, Stéphane Chen, Pierre-louis Passalacqua

Les articles des experts SVP sur le même thème :