Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

Economie française : la reprise est-elle là ?

07 novembre 2016

La croissance de l'activité économique de la France reste modeste et devrait le rester. Malgré l'augmentation du pouvoir d'achat des ménages, la consommation ne montre pas de signe tangible de rebond. Du côté des entreprises, l'incertitude des perspectives économiques freine les investissements et les embauches. La conjoncture est cependant plus favorable pour l'achat de logement et l'investissement public en infrastructures.

Epargne de précaution

Les facteurs conjoncturels favorables (hausse du pouvoir d'achat et baisse du chômage) ne sont pas encore assez nets pour une reprise de la consommation. Son augmentation est estimée à 1,5% en 2016 comme en 2015. Les prévisions pour l'année 2017 sont du même ordre. La prudence des consommateurs se traduit par un taux d'épargne stable et élevé (15% du revenu disponible).

Reprise immobilière

La persistance des taux d'intérêt exceptionnellement bas et la stabilité des prix ont incité les ménages à investir dans le logement. L'INSEE constate une légère reprise des achats de logements après quatre années de recul (+0,2% prévue pour 2016). Selon les experts financiers, la baisse des taux en 2016 représenterait une baisse du prix de l'immobilier de 10% dans le cas d'une stabilité des prix. Parallèlement, la hausse des prix la plus importante atteint 4% dans les villes les plus dynamiques comme Paris, Nantes ou Bordeaux.

Redressement timide des investissements des entreprises

Après avoir augmenté leurs investissements, les chefs d'entreprises marquent le pas. Dans le contexte d'incertitude des perspectives économiques, la croissance des investissements s'est ralentie dès le deuxième trimestre 2016. Sur l'ensemble de l'année, la croissance atteindrait 3,2%. La prévision pour l'année 2017 est actuellement de 2,1%. Les investissements publics, notamment les infrastructures, sont, pour leur part, en phase de rebond avec une croissance de 1,6% contre une baisse de près de 4% en 2016 et 6% en 2015.

Légère baisse du taux de chômage

La reprise des embauches dans les entreprises se confirme. L'INSEE estime à 117 000 créations nettes d'emploi pour l'année 2016 (97 000 en 2015). Cette amélioration est la résultante de la montée en puissance de mesures favorables à l'emploi comme le CICE, le Pacte de responsabilité et solidarité et la prime à l'embauche pour les PME. Pour l'ensemble des secteurs privés et publics, l'emploi total augmenterait de 165 000 postes. Toutefois, ceci n'est pas suffisant pour réduire sensiblement le taux de chômage (9,8% prévu en fin d'année 2016 contre 10,2% à la fin 2015).

Incertitude pour l'économie mondiale en 2017

La concomitance d'élections politiques majeures dans le monde mais aussi la sortie de la Grande-Bretagne de l'Europe, sans oublier les conflits armés au Moyen-Orient et en Afrique pèsent sur les perspectives de croissance en France et dans le monde. Les prévisions de croissance tournent autour de 1,2%-1,4% pour la France, l'Allemagne et l'Union européenne, 2,2% pour les Etats-Unis et 6,9% pour la Chine.

Cette lettre est réalisée par : Jean-luc Zeiler, Stéphane Chen, Pierre-louis Passalacqua

Les articles des experts SVP sur le même thème :