Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

Filtres UV des produits cosmétiques : attention aux nanoparticules

12 août 2011

L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a été chargée par la Direction Générale de la Santé de réévaluer les risques associés à certaines substances sous forme nanoparticulaire contenues dans les produits cosmétiques telles le dioxyde de titane et l'oxyde de zinc. Ces nanoparticules sont principalement utilisées en cosmétique comme filtres anti UV. Les conclusions de l'Afssaps montrent qu'il est encore difficile d'évaluer les risques liés à leur utilisation.

La réglementation des filtres UV

Au niveau réglementaire, les filtres UV autorisés dans les produits cosmétiques sont listés dans l'annexe VII de la directive 76/768/CE relative aux produits cosmétiques et à partir du 11 juillet 2013 dans l'annexe VI du règlement 1223/2009/CE relatif aux produits cosmétiques. Actuellement l'oxyde de zinc-ZnO- ne figure pas dans cette liste et le dioxyde de titane-TiO2- y figure mais avec une concentration maximum de 25%.

Les recommandations de l'Afssaps

L'Afssaps a réalisé une étude relative à la pénétration cutanée, la génotoxicité et la cancérogenèse du TiO2 et du ZnO sous forme nanoparticulaire.
Les conclusions du rapport sont les suivantes :
- La littérature a révélé une pénétration limitée aux couches supérieures de l'épiderme d'une peau saine, mais cependant possible,
- Les études de génotoxicité issues de la littérature scientifique sur les nanoparticules de TiO2 et de ZnO ont donné des résultats contradictoires et ne permettent pas d'évaluer le risque des nanoparticules utilisées dans les produits cosmétiques car elles ont été menées sur des nanoparticules différentes de celles utilisées dans les produits cosmétiques.
- les données de toxicité chronique et de cancérogenèse restent à ce jour limitées.
L 'Afssaps estime donc nécessaire la réalisation d'études complémentaires et conseille en attendant de ne pas utiliser de protections solaires à base de nanoparticules et d'oxyde de zinc (TiO2 et de ZnO) sur une peau lésée par le soleil, ni d'utiliser les cosmétiques en sprays, aérosols ou en poudre sur le visage ou dans des lieux fermés.
L'Afssaps confirme également que l'oxyde de zinc n'est pas autorisé dans les produits cosmétiques comme filtre UV.

Retrouvez toutes l'actualité du secteur de la santé
Une question ? Les experts SVP vous répondent !

Cette lettre est réalisée par : Géraldine Sourdot, Valérie Belair, Martine Chevallier