Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    La startup du mois : " Delair-Tech "

    10 mai 2016

    Créée en mars 2011, Delair-Tech est un fabricant de drones professionnels. En complément de sa production, il fournit des services de traitement de données à un large panel de clients dans l'industrie ou les services publics. Le client n'achète pas un drone mais une prestation de services globale autour de l'équipement.

    A l'étroit sur le marché des drones professionnels

    Delair-Tech fabrique des drones de longue portée, capables de voler pendant plus de 2 heures et de couvrir 200 kilomètres. Ses équipements surveillent notamment des routes, des lignes électriques et des installations pétrolières ou gazières en France et à l'international.

    Mais le marché des drones est concurrentiel. Selon la Direction générale de l'aviation civile, en 2015, il est composé de plus de 1300 entreprises, pour la plupart des TPE ou des microentreprises unipersonnelles. De surcroît, même s'il est appelé à se développer, il reste encore peu important. La Fédération Professionnelle du Drone Civil (FPDC) estimait à moins de 100 millions d'euros les ventes de drones et de prestations associées en 2014. L'Académie de l'air et de l'espace ainsi que l'Association aéronautique et astronautique de France sont plus pessimistes et précisent que, selon leurs analyses, " le marché français des drones professionnels n'aurait généré qu'un chiffre d'affaires global inférieur à 20 millions d'euros " la même année.

    Des offres packagées

    Afin d'étoffer son offre de solutions d'aide à la décision, l'entreprise a créé une division " Delair Services ". Elle entend ainsi accélérer le développement d'applications traitant des données issues d'images aériennes. La structure fournira, à des clients industriels, des études complètes à partir d'images recueillies depuis plusieurs sources aériennes (drones, hélicoptères, satellites) pour en extraire de l'information utile.

    La division va ainsi surveiller la croissance des arbres près des lignes électriques. Actuellement, l'exploitant du réseau électrique français est obligé d'effectuer de multiples et très onéreux vols en hélicoptères pour accéder aux lignes aériennes. Benjamin Benharrosh, l'un des cofondateurs, déclarait tout récemment : " Les images recueillies par nos drones seront traitées par nos algorithmes et déboucheront sur une carte permettant à ERDF de planifier ses travaux d'élagage avec précision ".

    Développer les services

    A l'image des marchés informatiques, dans lesquels le hardware (ordinateurs, imprimantes) se déprécie au détriment du logiciel, des consommables et des services, l'entreprise souhaite développer ses offres de services par rapport à la fabrication. Elle vise un objectif de plus de 300 drones fabriqués en 2016, soit plus en une seule année que depuis sa création. La production génère encore 90% de son chiffre d'affaires mais elle souhaite que la proportion générée par les services soit majoritaire en 2020.

    Une croissance exceptionnelle

    En 2014, elle déclarait un chiffre d'affaires de 1,2 million d'euros, alors qu'il s'élevait à 220 000 euros en 2013. Pour 2015, la croissance sera de près de 80% pour atteindre 2 millions d'euros. Alors qu'elle vient à peine de fêter son 5eme anniversaire, elle est déjà positionnée parmi les leaders mondiaux sur le marché des drones professionnels. Ces éléments ont certainement joué favorablement dans la décision des investisseurs et actionnaires historiques d'injecter 13 millions d'euros M€. La famille Hériard-Dubreuil (Remy Cointreau) a investi 7 millions et devient ainsi actionnaire majoritaire. Bpifrance a également accordé un prêt à Delair-Tech pour soutenir sa stratégie d'accélération.

    A l'occasion de cette levée de fonds, Michaël de Lagarde, Président de Delair-Tech, déclarait, avec fierté : " Nous sommes une société en hypercroissance et présents dans une trentaine de pays différents ... Le terrain de jeu est mondial, et nous voulons devenir les leaders du marché de la donnée géoréférencée. A ce titre, 2016 sera une année charnière pour nous permettre de développer nos ambitions ".

    Cette lettre est réalisée par : Denis Kientz, Stéphane Chen, Pierre-louis Passalacqua