Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    La startup du mois : " Woodoo "

    14 juin 2017

    Créée en septembre 2016, Woodoo développe une technologie qui permet de créer un bois ultrarésistant, imputrescible, étanche, moins combustible, mais aussi transparent ou translucide selon l'essence utilisée. Ce nouveau matériau pourrait permettre de concevoir des mobiliers avec un design nouveau, des façades, planchers et toitures et, à terme, de construire toutes sortes d'immeubles à partir de ce matériau, y compris des édifices de grande hauteur.

    Un bois, matériau écologique, renforcé au niveau moléculaire

    Dans un premier temps, la lignine, un des principaux composants du bois dont les fonctions sont d'apporter la rigidité, l'imperméabilité et la résistance à la décomposition, est retirée. La matière obtenue est majoritairement composée d'air, à hauteur de 70 %. Les cavités du bois sont remplies d'une matrice de monomères biosourcés qui polymérise in situ. La substance organique solidifie le bois et lui permet de renforcer les liaisons atomiques entre ses fibres.

    Le remplacement de la lignine par ces biomonomères a une autre conséquence sur le bois. Grâce à la cellulose, autre composant important du bois et surtout matériau cristallin qui laisse passer la lumière, il devient translucide. Le bois devient donc non seulement techniquement plus résistant mais acquiert aussi une propriété esthétique intéressante : la transparence.

    La lignine prélevée est récupérée pour devenir un biocarburant par méthanisation, ce qui baisse accessoirement les coûts de production, en apportant un second gain écologique.

    Le fondateur, un architecte visionnaire

    Après un master au Kyoto Institute of Technology au Japon, où il acquiert le sens du détail en matière d'architecture, Timothée Boitouzet, créateur de l'entreprise, obtient son diplôme d'architecture à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Versailles. Il poursuit ses études dans deux très célèbres écoles américaines, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et l'université d'Harvard, où il complète ses connaissances en architecture par des recherches en biologie moléculaire. Son séjour aux Etats-Unis lui permet également de s'imprégner d'une culture qui mêle recherche et entreprenariat.

    Mais il sait aussi s'entourer des bonnes compétences. Pour atteindre son objectif de concevoir un nouveau matériau issu du bois, il s'accompagne d'un spécialiste du développement et d'un chimiste.

    Après plusieurs années de recherches, le bois est plus résistant à l'eau, il se détériore moins rapidement, il est trois fois plus rigide et beaucoup plus dense.

    La reconnaissance de ses pairs

    En avril 2016, la MIT Technology Review le distingue du Grand prix du " MIT Innovators under 35 " Cette dernière récompense avait été précédée de nombreux prix dont ceux des fondations Fulbright, Sachs, Lafarge et du mécénat Besnard de Quelen ou encore le Grand Prix Total Edhec Entreprendre en 2016. Ce dernier prix lui apporte également un accompagnement par le Réseau Entreprendre pour 3 ans. En tout, l'entreprise ou son dirigeant ont gagné 17 différents concours, un gage incontestable de l'intérêt de la technologie développée par Woodoo.

    L'argent reste le nerf de la guerre

    Woodoo a besoin de trois millions d'euros pour poursuivre ses recherches. Assez logiquement, le magazine Challenges vient d'intégrer l'entreprise dans son top 100 des startups dans lesquelles investir.

    Timothée Boitouzet déclarait en mai 2016 : " D'ici à 2050, 75% de l'humanité sera concentrée dans les villes, il est donc fondamental de s'atteler au développement de nouveaux matériaux et techniques de construction pour bâtir plus haut, plus vite et plus vert... Le bois, matériau de construction renouvelable, est le moins consommateur d'énergie pour sa production, sa transformation ainsi que son utilisation... Notre technologie permettra de valoriser cette ressource nationale dont les stocks sont abondants dans les territoires. Elle favorisera les économies locales, l'activité et l'emploi de proximité ".

    Ces affirmations prennent tout leur sens lorsque l'on sait que la France dispose de la plus grande réserve de bois sur pied en Europe mais compte parmi les moins utilisatrices de ce matériau pour la construction. Malgré des mesures incitatives et des prêts aidés, les maisons écologiques en bois restent des curiosités à visiter en France.

    Cette lettre est réalisée par : Denis Kientz, Stéphane Chen, Pierre-louis Passalacqua

    Les articles des experts SVP sur le même thème :