Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Le cours du cobalt explose : +267% en deux ans

    25 avril 2018

    Le prix de la tonne de cobalt a presque quadruplé entre février 2016 et février 2018, passant de 21 700 à 79 750 dollars au London Metal Exchange(LME). Cette forte croissance de son cours est principalement due à la spéculation. En effet, les industriels chinois, en prévision du boom annoncé de la production de batteries rechargeables pour la voiture électrique et les smartphones, ont sécurisé leurs approvisionnements.

    Une matière première essentielle pour l'industrie automobile

    Le cobalt est l'un des composants essentiels à la production de batteries rechargeables pour les véhicules électriques et les smartphones. Selon le groupe chinois CATL, fabricant de batteries pour les véhicules électriques, il faut 10 à 20 kg de cobalt pour produire une seule batterie. Et le marché des véhicules électriques est promis à une croissance exponentielle dans les années à venir. Selon le cabinet Roland Berger, la part de marché des véhicules hybrides ou électriques devrait passer de 1% à 30% d'ici 2030. Le nombre de véhicules électriques progresse de 50% chaque année et représentait 750.000 unités en 2017. En 2025, il se vendra 15 % de véhicules électriques en Europe et 17% en Chine, premier marché mondial. Et Rajesh Varma, consultant en investissements internationaux, déclare que les Chinois détiendront 90% de la production mondiale de batteries en 2020.

    Concernant le marché des smartphones, si la croissance n'est plus aussi impressionnante qu'elle a pu l'être ces 10 dernières années, la prédominance des usines chinoises est réelle. Ils ne détiennent pas les premières places au niveau des marques mais sont incontestablement les principaux producteurs pour ces marques.

    La République Démocratique du Congo veut sa part du gâteau

    Le groupe suisse Glencore devrait produire 39 000 tonnes de cobalt en 2018, contre 27 400 tonnes en 2017. Après modernisation, le retour à une production normale de sa principale mine à Katanga en République Démocratique du Congo explique cette augmentation conséquente. L'industriel a, en effet, déjà investi 7 milliards de dollars en RDC pour extraire du cuivre et du cobalt. Mais ce pays, doté d'une stabilité politique très relative, d'où proviennent 66 des 123 millions de tonnes de minerai produites en 2016, ayant compris les enjeux financiers de cette matière a publié un nouveau code minier plus défavorable au secteur. Ce nouveau texte prévoit notamment des hausses de redevance qui étaient attendues par le secteur mais aussi la levée immédiate d'une " clause de stabilité " qui dispensait les détenteurs de permis de se conformer à tout nouveau code pendant dix ans. Cette mesure, si elle est appliquée, imposerait donc aux industriels exploitant les ressources minières locales, dont Glencore, China Molybdenum, Randgold Resources et Ivanhoe Mines, une taxation beaucoup plus conséquente. La redevance applicable aux métaux " stratégiques " comme le cobalt serait quintuplée, passant de 2 à 10%.

    La Chine met les moyens pour sécuriser sa production

    Pour s'assurer de pouvoir poursuivre sa production de batteries, un industriel chinois serait en passe de signer un accord concernant son approvisionnement en cobalt. Le groupe chinois GEM, qui propose notamment des matériaux pour batteries et le recyclage de matières premières, aurait tout simplement conclu avec Glencore l'achat d'un quart de sa production annuelle sur trois ans, soit plus de 50 000 tonnes de cobalt. Même si les termes du contrat sont encore en débat, cette annonce n'a fait qu'accélérer l'achat de la matière première par certains investisseurs afin d'amasser des stocks spéculatifs.

    Si le cobalt a permis à Vincent Van Gogh de peindre des ciels dont le bleu explose à l'œil des amateurs de peinture, s'il a donné cette magnifique couleur à la porcelaine de Saxe, il n'en reste pas moins qu'aujourd'hui, c'est plutôt le monde de l'industrie et de la finance qui apprécie les vertus de cette matière première.

    Cette lettre est réalisée par : Denis Kientz, Stéphane Chen, Pierre-louis Passalacqua

    Les articles des experts SVP sur le même thème :