Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

Le prix de baril de pétrole perd 16% au mois de juillet 2016

04 août 2016

Pour cause de surproduction, le rebond du prix du pétrole, entamé en début d'année 2016, a pris fin au début du mois de juillet. Alors que, le 1er juillet, le baril de Brent s'échangeait à 50,61 dollars, depuis le cours n'a cessé de baisser. Le 28 juillet, la cotation n'était plus que de 42,22 dollars, soit une chute de 16%.

Retour aux fondamentaux

Au Canada, les compagnies pétrolières ont repris leur production, suspendue plusieurs semaines en raison des feux de forêts. Les troubles dans les zones pétrolières au Nigéria marquent le pas. La fin de ces incidents chez ces deux producteurs a provoqué le repli des cours dans un climat d'excès de l'offre sur la demande. Par ailleurs, la réunion des producteurs de pétrole appartenant à l'OPEP ou non ne s'est pas conclue sur un accord pour régulariser le marché. L'offre demeure ainsi surabondante.

Augmentation de la production américaine

Aux Etats-Unis, les observateurs estiment que la production de pétrole issue de schistes redémarre après une période de stabilisation en raison de la chute des cours rendant peu rentable l'exploitation de champs de pétrole non conventionnels. A cela, s'ajoute un niveau de stocks importants constitués alors que les cours étaient au plus bas.

Poursuite de la baisse ?

Compte tenu de la situation, offre abondante et absence d'accord entre les pays producteurs, les cours pétroliers pourraient continuer leur repli. Cependant, il semble peu probable que le cours atteigne le record atteint le 20 janvier dernier avec 28 dollars le baril de Brent. Le Consensus d'experts s'établit à la mi-juillet au niveau de 50 dollars en fin d'année 2016, estimant que la correction actuelle ne se poursuivra pas.

Légère baisse du prix des carburants en France

En juillet, suite à la baisse des cours pétroliers, le prix des carburants en France a reculé de 3,2% sur le mois pour le gazole et de 3,9% pour les carburants sans plomb. Par rapport aux prix relevés au mois de janvier dernier, lorsque le cours du Brent était voisin de 30 dollars le baril, les prix gagnent 10% pour le gazole et 3% pour les essences sans plomb.

Cette lettre est réalisée par : Jean-luc Zeiler, Stéphane Chen, Pierre-louis Passalacqua

Les articles des experts SVP sur le même thème :