Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

Les algorithmes au service des ressources humaines

13 février 2017

Oui vous avez bien lu! Ou comment appliquer des concepts mathématiques... à de l'humain ! S'agit-il d'un effet de mode ? Tout peut-il ou doit-il se mesurer ?

Pour mieux intégrer et gérer la mobilité

Comme nous l'avons souligné, le rêve du DRH est de faire un bon recrutement, trouver un fort potentiel ...et le garder longtemps !

Si le recrutement prédictif peut paraître une pratique hasardeuse, faire appel aux algorithmes paraît plus facile en matière de mobilité et de parcours professionnels, car il s'agit alors de détecter des candidats potentiels pour un poste ou fournir un conseil au salarié sur ses opportunités d'évolution.

Et certains indicateurs statistiques permettent de regarder combien de temps des profils similaires à ceux d'un individu donné, travaillant dans le même secteur et la même zone géographique restent en moyenne à leur poste.

Le Big Data permet de développer des outils pour mieux comprendre les collaborateurs de manière à adapter les actions pour les retenir. Mais également de recueillir des informations destinées à établir quels éléments favorisent l'efficacité d'une équipe ou les qualités d'un leader.

L'entreprise peut aussi chercher un outil qui lui permette de visualiser des itinéraires possibles, des postes ouverts correspondants et les formations complémentaires nécessaires. Pour ce faire, il faut en amont définir les bons critères et les bonnes data. Plutôt que de laisser décider l'instinct du professionnel RH ou l'envie d'un individu, les algorithmes vont analyser de nombreuses données pour rapprocher les besoins de l'entreprise avec les aspirations du collaborateur.

La formation à l'heure du Big Data

Dans ce domaine, cette analyse des données est rendue possible notamment grâce à la digitalisation de la formation. C'est plus particulièrement le cas avec le développement des Moocs.

En s'inscrivant sur une des plateformes de Moocs existantes et en participant à un cours, l'apprenant laisse de nombreuses traces : ses réponses aux exercices, sa participation - ou non - aux forums de discussion proposés, ses commentaires, les téléchargements faits, sa fréquence de connexion, etc.

Toutes ces informations peuvent être utilisées au travers de ce qu'on appelle désormais le " learning analytics " (analyse de l'apprentissage). Utilisant ces remontées, les éditeurs de solutions proposent des outils permettant, par exemple, d'identifier les personnes risquant de décrocher d'une formation, d'anticiper leurs progrès - et donc aussi d'adapter les parcours de chacun - ou encore de regrouper les apprenants selon leur " stratégie " d'apprentissage.

La logique de l'individualisation de la formation se fait alors de plus en plus forte, répondant aux besoins des entreprises qui souhaitent désormais former au mieux, au moment le plus opportun.

Les algorithmes au secours de la gestion du stress

La collecte et l'analyse de données peuvent aider à dépister le mal être au travail. Analyser les accidents, suivre l'engagement des salariés en les sondant régulièrement, établir des enquêtes de satisfaction, comptabiliser les consommations aux machines à café ; autant d'informations qui renseignent sur l'état de stress ou la bonne ambiance dans l'entreprise ...Et qui devraient permettre d'anticiper les difficultés dans un service ou le burn out latent d'un individu. Mais doit-on ensuite suivre certaines expériences américaines qui, par le truchement d'objets connectés comme des montres, mesurent le nombre de pas, le rythme cardiaque afin d'agir en prévention en matière de santé ?

Toutes ces solutions doivent avant tout être considérées comme des supports à la décision et non pas se substituer à l'action et l'expertise du professionnel RH.

Pour Jean-Paul Charlez, Président de l'ANDRH : " notre responsabilité est d'entretenir la confiance via des relations de proximité sur le terrain et non d'entretenir une forme de paranoïa nourrie par des algorithmes. " " L'algorithme ne doit rester qu'une aide à l'action. Il y a toujours les moyens d'infléchir une prédiction ".

Cette lettre est réalisée par : Anne-catherine Auzanneau, Delphine Guidat, Richard Arjoun

200 experts pour répondre à vos besoins