Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Les entreprises face à la réforme de la formation professionnelle

    04 novembre 2015

    La Loi du 5 mars 2014, est venue réformer la formation professionnelle, créant notamment de nouveaux dispositifs tels que le Compte Personnel de Formation. Les dispositifs et les évolutions mis en place ont-ils eu une influence sur les pratiques des entreprises ? Comment sont-ils perçus ? Plusieurs enquêtes viennent apporter des éléments de réponse, qu'elles concernent les professionnels des ressources humaines et de la formation ou les salariés

    Du côté des entreprises

    Au printemps 2015 - soit un an après la publication de la Loi relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale - une enquête réalisée par deux organismes de formation montre que 69% des entreprises ont encore peu ou mal appréhendé la réforme.

    Celle-ci est alors perçue comme une contrainte supplémentaire. C'est notamment le CPF - compte personnel de formation - qui concentre les critiques. Considérant le dispositif complexe, les entreprises craignent que la formation ne devienne le terrain d'ultras spécialistes.

    Les entreprises, et notamment les directions des ressources humaines, estiment par ailleurs que la loi va les amener à réduire leurs achats de formation. Les budgets formation vont sans doute être impactés de façon importante par la réforme.

    Du côté des responsables formation

    Les responsables de formation sont désormais plus dans une phase d'appropriation des dispositifs mis en place. La majorité d'entre eux note des impacts significatifs de la réforme. Selon le GARF*, les responsables de la formation ont déjà prévu la préparation et le déploiement des entretiens professionnels pour l'année à venir. Plus de la moitié d'entre eux devraient aussi se tourner vers leur OPCA** pour la gestion du 0,2% CPF. D'autres prévoient, au contraire, l'intégration du dispositif dans leur plan de formation.

    La réforme devrait aussi les amener à s'orienter de plus en plus vers l'utilisation de formateurs internes mais aussi à développer les formations multimodales et digitales. Ces conséquences seront sans doute des tendances fortes pour 2016. La maîtrise de coûts et l'évaluation de l'efficacité, pour répondre à la rationalisation des budgets demandée par les DRH, sera un objectif essentiel pour les responsables de formation.

    Du côté des salariés

    Les salariés semblent, quant à eux, pour l'instant peu concernés. C'est en tout cas ce qui ressort d'une étude Tac Conseil paru récemment. Ainsi, même si la moitié d'entre eux affirment avoir connaissance de la Loi de mars 2014, ils sont peu à avoir créé leur Compte Personnel de Formation sur le site gouvernemental. 57% des personnes interrogées déclaraient d'ailleurs ne pas savoir le nombre de formation dont ils pouvaient être bénéficiaires.

    A leur décharge, peu d'actions de communication interne sur le dispositif ont, pour l'instant, été mis en place par les entreprises. Celles-ci vont pourtant devoir envisager d'accompagner les salariés dans leur prise en main du dispositif, car ces derniers, même s'ils revendiquent plus d'autonomie dans leur choix de formation, attendent de leur employeur un véritable soutien.

    *GARF : Groupement des Acteurs et Responsables de la Formation

    **OPCA : Organisme Paritaires Collecteurs Agréés

    Cette lettre est réalisée par : Delphine Guidat, Baudouin Despres, Mathieu Faria