Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Les indépendants en France : qui sont-ils ?

    24 octobre 2017

    Le salon SME s'est tenu à Paris les 25 et 26 septembre. Dédiés aux créateurs d'entreprise et dirigeants de start-up, il a fait la part belle aux indépendants et a été l'occasion d'appréhender un peu plus cette population d'actifs. Combien sont les freelances ? Qui sont-ils ? Comment vivent-ils cette indépendance ?

    Portrait-robot de l'actif indépendant

    Très présents dans les médias et sur le web, les travailleurs indépendants semblent être de plus en plus nombreux. Selon les données communiquées au salon SME, ils seraient 830 000, alors qu'une étude réalisée par l'IFOP, en partenariat avec la FEPS (Fédération des Entreprises de Portage Salarial) parle elle de 2,8 millions. Au-delà de ces disparités, les études s'accordent à dire que leur nombre auraient plus que doublé en 10 ans.

    Derrière ces chiffres se cachent aussi des statuts et des réalités différentes : les indépendants peuvent, ainsi, faire le choix de l'auto-entrepreneuriat, du portage salarial ou encore de la micro-entreprise. Concernant leur expertise et leur secteur d'activités, s'ils sont pour près de la moitié d'entre eux créatifs et développeurs IT, les métiers du marketing, de la communication, de la gestion de projet et du conseil sont aussi représentés. Près d'un tiers d'entre eux déclarent, d'ailleurs, travailler dans au moins deux de ces activités.

    Enfin, l'indépendant est un homme jeune. En effet, 60% d'entre eux sont de sexe masculin et 48% ont entre 26 et 35 ans.

    Le freelance : un homme heureux ?

    Souvent vus comme des symboles de la précarisation de l'emploi, les freelances, eux, affirment le contraire. Loin de subir leur statut, ils ont, pour 90% d'entre eux, fait le choix de devenir indépendant. C'est en tout cas ce que révèle l'enquête menée par Hopwork* (en partenariat avec Ouishare), auprès de ses inscrits.

    Les raisons avancées pour expliquer leur désir de devenir indépendant n'ont, elles, rien de surprenantes : 88% des freelances déclarent avoir fait ce choix par besoin....d'indépendance. Bien sûr, d'autres motivations sont affichées : envie d'entreprendre, de pouvoir aménager son emploi du temps ou encore de décider soi-même des clients et des missions pour qui et sur lesquelles s'investir.

    Et la satisfaction semble être au rendez-vous. 3/4 des freelances interrogés avouent, en effet, être plus épanouis en étant indépendants qu'en étant salariés.

    Pourtant, derrière ce portrait idyllique, des ombres subsistent aux tableaux. Temps de travail, organisation de leur activité, solitude, difficultés de conquérir des clients, irrégularité des revenus, les freelances expriment ainsi leurs difficultés au quotidien.

    Mais surtout, et même si les réformes à venir semblent plus les prendre en compte, ils se sentent oubliés des politiques et des débats économiques. La problématique - essentielle - de la protection sociale en est pour eux le symbole. Ils témoignent de leur préoccupation pour les questions de mutuelles, d'assurance chômage, d'assurance maladie et de retraite.

    Face aux transformations du marché de l'emploi, les indépendants devront, certes, être plus pris en compte par les politiques, mais aussi par les entreprises recruteuses. Celles-ci vont devoir s'interroger sur l'atout que peuvent représenter ces profils indépendants mais aussi sur comment les intégrer le temps de leur mission.

    * plateforme de mise en relation entre entreprises et freelances. Le sondage a été réalisé entre janvier et février 2017, auprès de 1014 actifs.

    Cette lettre est réalisée par : Delphine Guidat, Anne-catherine Auzanneau, William Kennedy

    Les articles des experts SVP sur le même thème :