Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Les serious game en renfort des outils RH

    18 juillet 2012

    Une étude CEGOS d'avril 2012 démontre la croissance du recours à la « gamification » et selon le cabinet Gartner, à l'horizon 2014, 70% des entreprises la proposeront à leurs employés. Nouvelle mode ? Outil de formation à l'origine, le « serious game » est entré dans la sphère des ressources humaines. Comment l'utiliser ? Dans quel but ? Tour d'horizon des pratiques et expériences

    Gamification, quelle définition ?

    « Intégrer les dynamiques du jeu dans un site, un service, une activité, une communauté, un contenu ou une campagne de manière à encourager certains comportements, attitudes ou objectifs ». Plus simplement, il s'agit d'utiliser les technologies des jeux vidéo

    Une utilisation première dans la formation. Oui mais de plus en plus pointue !

    Il y a plus de trois ans, Renault Academy a lancé son premier business game pour ses vendeurs en concession. Aujourd'hui, il est développé dans 14 pays en plusieurs langues. La simulation est conçue pour être rejouée plusieurs fois. Au-delà du simple apprentissage des connaissances, le jeu doit permettre à chaque participant d'accroître ses compétences et donc sa performance.

    Michelin a développé « mission antitrust » pour réduire le risque juridique antitrust. Ce jeu offre l'opportunité de former un grand nombre de collaborateurs. C'est un nouveau mode d'apprentissage évolutif qui peut s'enrichir de nouveaux scenarios. De plus il touche davantage les jeunes commerciaux nés avec les jeux vidéo.

    Maintenant la gamification investit tous les secteurs de l'entreprise

    Et si elle se développe, c'est parce qu'elle constitue un réel atout grâce à sa capacité à encourager la collaboration, à créer une culture de la reconnaissance et du partage entre équipes et à exposer sa marque employeur.

    Chez BNP Paribas, le jeu sérieux s'inscrit délibérément « dans la stratégie de développement de la notoriété et de l'attractivité de notre groupe auprès des jeunes » selon Jean-François Boutringain, de la Direction de la marque, communication et qualité du groupe bancaire (Entreprise & Carrières 29/05/2012).

    Terex, leader dans la fabrication d'équipements motorisés dans le domaine minier, utilise un « jeu sérieux » pour faire connaître sa marque au grand public de manière ludo-éducative et pour renforcer le sentiment d'appartenance de ses salariés.

    Par son business game, Decathlon cherche à valoriser sa marque employeur « À travers [celui-ci], nous avons eu envie d'envoyer plusieurs messages aux étudiants: Decathlon n'hésite pas à donner des responsabilités à des personnalités, invite à l'initiative et cultive le droit à l'erreur, qui fait partie de l'apprentissage » indique Stéphane Saigre, Directeur général de Decathlon France (Le Figaro Economie 27/04/2012).

    La gamification a conquis le domaine des RH pour devenir un outil de recrutement …

    L'Oréal a ainsi mis en place « Reveal ». Le joueurs (candidats à un stage en entreprise) circulent virtuellement dans les bureaux de l'entreprise et gagnent des points selon leur rapidité pour résoudre différents types de jeux. Ces jeux sont un moyen d'observer comment les participants réagissent quand ils sont soumis aux pressions quotidiennes.

    Le « Trust Day » étape centrale du jeu « Trust by Danone » permet aux recruteurs d'apprendre beaucoup sur le candidat : « les candidats pris dans le jeu sont plus spontanés que lors de l'entretien individuel où ils cherchent avant tout à se vendre » (le nouvel économiste 05/04/2012).

    …Et un outil de management

    Pour favoriser l'intégration chez Suez environnement, le serious game « Ambassador » est proposé aux nouveaux recrutés. Il doit être pour eux un sujet de conversation avec leur « parrain » désigné dans les premières semaines.

    Chez EDF, depuis 2009, la direction a initié un serious game pour aider les responsables à mener au mieux les entretiens individuels d'évaluation. Et depuis 2011 cette préparation est ouverte également aux salariés. Ainsi les collaborateurs comme leurs managers sont formés à cet entretien et se sentent impliqués dans la démarche.

    Dans l'univers RSE (Responsabilité sociale des entreprises), le serious game a trouvé sa place pour aborder les sujets sensibles que sont la diversité sociale, les risques psycho-sociaux. Par son coté ludique, le serious game aide à dédramatiser ces sujets.

    Le fun en entreprise est un moteur important surtout depuis l'arrivée de la génération Y et la gamification contribue à motiver et à instaurer du challenge, à valoriser les collaborateurs.

    DRH à vos manettes !

    Cette lettre est réalisée par : Anne-catherine Auzanneau, Richard Arjoun, Véronique Baroggi