Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Pétrole : en dessous des 30 dollars/baril, fin janvier 2016

    05 février 2016

    La chute du cours du pétrole ne s'est pas arrêtée en janvier 2016. A la bourse de Londres, le baril de Brent a presque atteint le niveau record de 27 dollars, au cours de la séance du 20 janvier. Le cours mensuel s'établit aux environs de 31 dollars contre 38 dollars en décembre dernier, revenant au cours enregistré en 2004.

    Excédent de production

    Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), l'offre de brut devrait demeurer en surplus en 2016. En effet, la levée de l'embargo sur l'Iran entraînera la hausse de sa production qui viendra s'ajouter à l'offre existante. Cette situation ne pourra qu'accentuer la pression sur le prix du baril. Sur le plan de la demande d'énergie, l'AIE souligne les effets négatifs du début de l'hiver exceptionnellement doux dans l'hémisphère nord mais surtout, du ralentissement de l'activité des pays émergents et notamment de la Chine. Globalement, l'agence de l'OCDE prévoit qu'en 2016 et pour la troisième année consécutive, la production dépassera la demande d'environ un million de baril/jour, soit la production de l'Algérie.

    Rumeurs d'accord entre l'OPEP et les autres producteurs

    Quelques déclarations de représentants de pays pétroliers à propos d'un accord pour une baisse de la production ont suffi pour stopper la chute fin janvier. La Russie qui souffre beaucoup de la baisse des cours, tenterait d'obtenir une entente avec l'Arabie Saoudite pour réguler le cours du brut. En réaction à ces rumeurs, le cours du baril a rebondi au-delà des 35 dollars pour rebaisser, tant un tel accord reste impossible à court terme en raison des divergences entre les pays membres de l'OPEP

    Faible augmentation de la consommation de carburants en France

    En 2015, le prix moyen des hydrocarbures vendus en France a bénéficié de la chute du cours du brut. Selon l'administration des Douanes, le prix moyen du pétrole importé en France a reculé de 35% en 2015. Les importations de brut augmentent de 8,2%, la facture énergétique baissant de 28,1%. La baisse des prix à la pompe est de 8,8% pour le super sans plomb 95, de 10,6% pour le gazole et de 17,9% pour le fuel domestique. Cependant, les consommateurs n'ont pas profité du repli des prix pour acheter davantage de produits pétroliers. Ainsi, la consommation de carburants routiers n'a progressé que de 0,9%, la demande de fuel domestique augmentant de 3,5% selon le Comité professionnel du pétrole. Quant aux achats de produits utilisés par les entreprises comme le gazole non routier, ils sont en retrait de 2,1%, tandis que le fuel lourd la demande est en hausse de 3,5%.

    Cette lettre est réalisée par : Jean-luc Zeiler, Stéphane Chen, Pierre-louis Passalacqua

    Les articles des experts SVP sur le même thème :