Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

Pétrole : les producteurs tentent de redresser le cours du baril

07 octobre 2016

Fin septembre 2016, à l'occasion du Forum international sur l'Energie à Alger, les représentants de l'OPEP et des pays non OPEP, dont la Russie, se sont rencontrés en vue d'un accord pour éviter la surproduction de brut. La prochaine étape des négociations est prévue fin novembre dans le cadre de la prochaine réunion de l'OPEP. Ce pré-accord a permis de redresser le cours du pétrole au-dessus des 50 dollars/baril.

50 dollars à la fin septembre

Au mois de septembre 2016, la perspective d'un accord entre producteurs a maintenu les cours pétroliers, la cotation moyenne du baril de Brent à Londres s'établit à 46,6 dollars contre 45,6 dollars le mois précédent. A l'issue de la réunion d'Alger, le cours franchissait la barre des 50 dollars. Les experts estiment que la variation du cours du brut d'un dollar en moyenne annuelle représente, pour les pays de l'OPEP, entre 500 et 700 millions de dollars de revenu, selon la qualité et le coût d'extraction.

Accord sur la réduction de la surproduction

A Alger, les pays exportateurs de pétrole se sont entendus pour limiter l'offre de brut sur le marché afin de faire repartir les cours à des niveaux compatibles avec leurs économies respectives. La production totale devrait s'établir à 32,5 millions de barils par jour, contre un niveau actuel de 33,24 millions. Les intervenants soulignent que c'est la première fois en huit ans qu'une telle décision de réduire la production de pétrole intervient. La concrétisation de l'accord devrait être formalisée, pays par pays, à l'occasion de la prochaine réunion de l'OPEP, le 30 novembre prochain à Vienne.

Baisse de l'offre de brut en 2017

Selon les dernières analyses de l'OPEP, l'économie mondiale ne montre pas de signe tangible de reprise. Dans ce contexte, la demande mondiale de pétrole augmenterait de 1,3% en 2016 et de 1,2% en 2017. Les principaux pôles de croissance restent l'Inde (+6,8%), la Chine (+2,5%) et les États-Unis (+1,3%). Du côté de l'offre, les pays de l'OPEP devraient baisser leur production de 1% tandis que les autres pays augmenteraient leur offre de 0,3% en raison d'une progression de l'extraction des puits en Norvège et au Kazakhstan.

Cette lettre est réalisée par : Jean-luc Zeiler, Stéphane Chen, Pierre-louis Passalacqua

Les articles des experts SVP sur le même thème :