Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Recruter un stagiaire : comment trouver la perle rare quand on est une PME ?

    07 juin 2017

    Le printemps coïncide souvent avec l'arrivée des stagiaires en entreprises. Si ces jeunes sont en quête d'une expérience qui leur permettra de valider leur diplôme et d'accroître leur employabilité, les PME, elles, sont à la recherche d'un profil particulier. Ce qui n'est pas toujours simple.

    Un vivier à capter

    Environ 1 million d'étudiants seraient en quête d'un stage chaque année. Ces jeunes représentent un vivier intéressant pour les entreprises, que ce soit en termes de compétences, d'image employeur mais aussi de dynamisme.

    Si les difficultés de ces étudiants à trouver la bonne entreprise et la bonne mission sont souvent évoquées, il ne faut pas négliger celles rencontrées par certaines entreprises pour trouver le bon profil. Alors que les grands groupes sont confrontés à une " déferlante " de CV de la part de stagiaires potentiels, certaines PME doivent, elles, trouver le moyen d'attirer les meilleurs candidats. Ce qui n'est pas évident quand on n'est ni Danone, Ubisoft, Mars ou encore L'Oréal et qu'on ne fait pas partie de ces groupes qui apparaissent dans les classements des entreprises préférées des étudiants.

    Et pour cibler les jeunes - notamment ces fameux millenials, connaître leur vision de l'entreprise peut être un plus. Goût pour l'entreprenariat, " bien -vivre " en entreprise, développement des compétences, désir de se voir confier rapidement des responsabilités, écoute de la part de la hiérarchie sont mis en avant par les étudiants, qui restent aussi attachés à la rémunération et au contenu des postes.

    Les " étapes " clés de la recherche

    Première chose à prendre en compte : le calendrier des stages. Bien sûr, celui-ci va dépendre du niveau de formation et du profil du futur stagiaire ciblé. Or il est indispensable d'anticiper le besoin de recrutement : une annonce publiée un mois avant le début d'un stage obtiendrait jusqu'à 80% en moins de réponses qu'une offre diffusée trois mois avant (In Cadremploi du 9 janvier 2017). Il convient donc de bien se renseigner auprès des établissements d'enseignement pour connaître les dates de départ en stage.

    La petite annonce en elle-même est le second élément à soigner. Rédigée de façon à mettre en valeur non seulement la mission proposée mais aussi l'entreprise elle-même - tout en restant réaliste bien sûr - elle doit permettre aux futurs candidats d'envisager quelles pourraient être leurs perspectives ou leur évolution dans votre société. Les étudiants sont en recherche d'expérience mêlant responsabilité, objectifs et acquisition de connaissances.

    Mais le contenu de l'annonce ne suffit pas. Il est primordial de savoir où diffuser son offre et de choisir le bon support. Publiée le plus souvent sur le site corporate de l'entreprise ou sur ses pages professionnels sur les réseaux sociaux, l'offre peut aussi être diffusée sur les sites dédiés aux stages. Certains sont gratuits, comme le site de l'Etudiant, d'autres payants, comme Iquesta ou Kapstages. Les sites d'emploi et de stages des écoles et des universités ne sont pas à négliger non plus. Une fois la formation répondant au profil recherché, il peut être intéressant de déposer l'offre sur la page dédiée de l'établissement ou auprès du responsable pédagogique.

    Là aussi le style de l'annonce sera essentiel pour éviter que l'offre ne se retrouve noyée dans la masse des propositions. Il vous faudra trouver les mots qui sauront attirer les étudiants, en leur montrant que la mission proposée est en correspondance avec les valeurs et les attentes de leur génération. Une dose de marketing et de communication peut vous être utile, sans pour autant survendre ni la mission ni l'entreprise.

    Etre visible auprès des établissements

    L'aspect financier n'est pas à négliger non plus. Bien sûr, il n'est pas toujours évident de proposer aux candidats des indemnités plus élevées que ce qu'impose la loi. Toutes les entreprises ne sont pas Google ou Facebook - qui offrent à leurs stagiaires des rémunérations aussi importantes que celles de salariés - ou comme certaines banques ou grands cabinets d'audit et de conseil - qui payent parfois leurs stagiaires plus de 1 500 euros par mois*. Mais la gratification va aussi peser dans le choix de l'entreprise. Pour séduire les meilleurs profils, notamment de niveau bac+5, il peut être intéressant de proposer une gratification supérieure ou, pourquoi pas, d'offrir d'autres avantages : cantine d'entreprise, formation interne ou l'accès à certains loisirs (salles de sport, rencontres sportives...) qui dénoteront une certaine convivialité

    Autre obstacle pour les PME : la notoriété. Là aussi concurrencées par les grands groupes, ces entreprises, moins connues, doivent trouver des moyens pour être visibles. Mettre en place des partenariats avec les écoles et les universités peut être payant. D'autant plus que les établissements d'enseignement, ont, dans leur majorité, créé des services dédiés aux relations avec le monde économique.

    Une fois ciblées les formations répondant aux profils pouvant intéresser la PME, entretenir des relations avec ces écoles peut être bénéfique. Les relations peuvent alors prendre plusieurs formes : présence lors de forums emplois, participation à des conférences ou même à des jurys de diplomation. Tous ces moments permettront à l'entreprise de parler d'elle et surtout d'entrer en contact avec des étudiants potentiellement intéressés.

    Une fois trouvé et recruté le bon candidat, l'entreprise devra vérifier que la convention répond bien aux exigences règlementaires et mettre en place les conditions de son accueil pour que la période de stage se déroule au mieux.

    * Source Glassdoor

    Cette lettre est réalisée par : Delphine Guidat, Anne-catherine Auzanneau, Richard Arjoun

    Les articles des experts SVP sur le même thème :