Téléphonie mobile : la 4G sur la ligne de départ

Téléphonie mobile : la 4G sur la ligne de départ

12 août 2011

La publication de l'arrêté du 14 juin 2011 au Journal Officiel le 15 juin 2011 lance officiellement en France la course à la 4ème génération des téléphones mobiles. Un décret et quatre arrêtés détaillent les conditions à remplir pour répondre à l'appel à candidature pour l'attribution des fréquences de téléphonie mobile.

Un prix de réserve très élevé

Le prix de réserve fixé par l'état français, que les opérateurs devront investir au minimum pour obtenir une licence 4G, s'élève à 2,5 milliards d'euros dont 1,8 milliard pour la bande 800 MHz. Les futurs candidats devront déposer leur dossier de candidature, avant le 15 septembre 2011 pour la bande de fréquence 2,6 GHz et avant le 15 décembre 2011 pour la bande 800 MHz auprès de l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP). Le résultat devrait être publié dans le courant de l'automne pour la bande 2,6 GHz et au début de l'année 2012 pour la seconde bande.

Quels sont les candidats ?

Actuellement quatre opérateurs disposent de la licence mobile de troisième génération. Ces opérateurs sont Orange, SFR, Bouygues Telecom et Iliad (Free). Ils devraient tout naturellement être les futurs candidats pour cette nouvelle génération.

Un cahier des charges exigeant

L'objectif demandé par l'état est que les opérateurs proposent un réseau permettant de couvrir 98% de la population française d'ici une douzaine d'année pour la bande de fréquence 800 MHz (99,6% d'ici quinze ans) et 75% d'ici douze ans pour la bande 2,6 GHz.
La 4G devrait permettre de multiplier par 50 le débit de l'Internet mobile selon un communiqué des ministres de l'Economie et de l'Industrie, Christine Lagarde et Eric Besson.

Les besoins des entreprises

Les entreprises françaises restent attentives à l'évolution de cette 4G. Celle-ci devrait permettre en effet à ces sociétés de faire des visioconférences, d'utiliser des applications collaboratives, comme notamment les logiciels SaaS ou le partage de gros fichiers dans d'excellentes conditions, ce qui n'était pas le cas, vu la relative lenteur de la précédente génération et les besoins élevés pour l'utilisation de ce type d'outils.

Retrouvez une sélection de textes et obligations réglementaires impactant votre activité
Une question ? Les experts SVP vous répondent

Cette lettre est réalisée par : Muriel Doyen, William Kennedy, Jacques Dugravier