Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Un indépendant en entreprise, un atout gagnant?

    20 novembre 2017

    Les indépendants représentent un potentiel de recrutement et un vivier de compétences. L'entreprise peut tirer beaucoup de bénéfices d'une intervention extérieure par un indépendant. Quels sont-ils ?

    Un gain financier…

    L'entreprise va limiter ses coûts : ils sont moins importants et ne grèvent pas la masse salariale de l'entreprise au présent et dans l'avenir.

    Avoir un intervenant extérieur permet de limiter le nombre de salariés et n'a donc pas ou peu d'impact sur les seuils d'effectifs.

    Un gain en flexibilité…

    Toutes les entreprises sont soumises aux variations de l'économie et aux imprévus liés à l'actualité : ce recours à une personne extérieure s'inscrit dans la flexibilité du travail recherchée par les entreprises.

    Quand un besoin urgent d'une compétence particulière survient, faire appel à un intervenant extérieur est une solution efficace et permet une forte réactivité.

    On ne trouve pas toujours dans l'entreprise la personne dotée d'une compétence pointue dont on a besoin à un moment déterminé : se tourner vers une compétence extérieure peut être un investissement moins onéreux que le recrutement.

    Entreprise et non salarié garde une entière liberté, le seul objectif étant la réalisation d'une mission ou d'un travail déterminé et commandé.

    …Et en dynamisme !

    Si les salariés restent la colonne vertébrale de l'entreprise, faire appel à un indépendant donne un souffle nouveau. L'intervenant a un regard extérieur donc plus neuf et objectif. Il peut, par exemple, apporter des idées novatrices quant au fonctionnement de l'entreprise.

    Les règles d'une collaboration réussie.

    Comme dans toute relation commerciale, établir avec sérieux le contrat de l'intervenant est essentiel.

    Mais il faut aussi lui donner les moyens d'une intervention réussie en définissant précisément ses missions et les moyens mis à sa disposition, les contacts utiles dans l'entreprise. Il faut ainsi travailler sur les processus de début et de fin de collaboration. Il est essentiel que l'indépendant soit connecté aux objectifs poursuivis par l'entreprise et s'y sente à l'aise.

    Pourquoi ne pas établir comme pour les salariés un livret d'accueil, un processus d'intégration ?

    Quelle forme peut prendre le travail d'un intervenant extérieur ?

    Cet intervenant peut être soit un non salarié, autoentrepreneur, indépendant ou en société.

    Il peut également intervenir en tant que "porté" d'une société de portage.

    Ou sous une autre forme comme le temps partagé.

    Plusieurs projets gouvernementaux vont rendre plus attractif le travail indépendant : la suppression du RSI, une baisse des cotisations sociales. La création ou la reprise d'activité sera facilitée par un élargissement des conditions d'éligibilité à l'Accre , par une augmentation des plafonds de revenus pour bénéficier du régime de la micro entreprise. Il est également prévu la simplification des démarches administratives.

    Attention danger

    Faire intervenir un indépendant peut être juridiquement risqué par une requalification de la relation en contrat de travail. L'augmentation des autoentrepreneurs a pour conséquence d'augmenter les litiges et les demandes prudhommales.

    En cas de litige le juge recherche, au moyen d'un faisceau d'indices, s'il y a un lien de subordination relevant alors d'un contrat de travail.

    Celui-ci peut se caractériser par le travail au sein d'un service organisé, par l'absence de risque économique ou de responsabilité de l'indépendant vis-à-vis de sa clientèle etc.

    S'il y a un risque en droit du travail, il existe également en droit de la sécurité sociale et aboutit alors à un redressement URSSAF.

    Il est donc recommandé de bannir les clauses d'exclusivité, de ne fournir ni matériel, ni voiture, ni de bureau attitré, de ne pas imposer de périodes ou d'horaires de travail, de laisser une part de liberté dans les méthodes de travail et de privilégier le travail en dehors de l'entreprise.

    Cette lettre est réalisée par : Anne-catherine Auzanneau, Delphine Guidat, Richard Arjoun

    Les articles des experts SVP sur le même thème :