Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Wake Up : quand la finance retourne à l'école

    22 mars 2018

    Aider les cadres de la banque et de la finance à intégrer l'univers des fintechs est l'objectif de Wake Up, centre de formation unique en son genre, créé il y a un an.

    Insuffler l'esprit start-up aux cadres de la finance

    Anaïs Roux, déléguée générale de l'association France Fintech est à l'origine de Wake Up, école dédiée à la formation des executives de la finance.

    L'idée est née du constat suivant : les fintechs françaises peinent à recruter les talents dont elles ont besoin. Pourquoi ? Parce qu'elles recherchent des candidats possédant une double compétence rare : combiner une expertise financière solide avec la culture numérique et l'esprit start-up.

    Pour trouver la perle rare, deux choix s'offrent alors aux entreprises : soit débaucher les cadres de grands groupes, comptant sur leur capacité d'adaptation, soit – comme l'a imaginé Anaïs Roux – former les professionnels aux enjeux de l'entrepreneuriat.

    Connaissance de soi au programme

    Pour accompagner futurs cadres de fintechs ou futurs entrepreneurs, la formation promet d'aller au-délà du simple livre (ou MOOC) sur l'esprit start-up. L'école propose, en plus bien évidemment de connaissances techniques sur le digital, le codage et les outils numériques, une plongée dans la culture des jeunes pousses. Elle accompagne aussi les étudiants dans leur démarche de réflexion et de motivation personnelle. Car il s'agit aussi d'aider les postulants qui souhaitent se lancer dans l'aventure entrepreneuriale.

    Des intervenants de haut vol pour une formation certifiante

    Au total, la formation s'étale sur 6 semaines, les étudiants se retrouvant chaque samedi pour comprendre les problématiques des fintechs et travailler sur leur motivation. En plus de coachs réputés, Wake Up s'est adjoint des intervenants renommés, venus transmettre leurs passions : Jean-Charles Samuelian (fondateur d'Alan), Céline Lazorthes (à l'origine de Leetchi et de Mangopay) ou encore le fondateur de Compte Nickel, Hugues Le Bret. Tous interviennent de façon bénévole, espérant en retour détecter parmi les élèves de futurs candidats.

    Si la première promotion a concerné seulement 15 personnes, sélectionnées parmi une centaine de postulants, ayant tous au minimum de 5 ou 8 ans d'expérience, plus d'une soixantaine de professionnels du monde de la finance ont désormais suivi les formations de Wake Up.

    Cette lettre est réalisée par : Delphine Guidat, Pierre-louis Passalacqua, Anne-catherine Auzanneau

    Les articles des experts SVP sur le même thème :