Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

Secteur Public - Actualités

Secteur Public - Intercommunalités

L'essentiel de l'actualité en matière juridique et en financement des collectivités locales et en particulier des EPCI.

Intercommunalités - Les articles des experts SVP


Pas de transfert du déficit d'exploitation en cas de transfert de compétence

Dans l'arrêt du 25 mars 2016, n° 386623, Commune de La Motte-Ternant le Conseil d'Etat affirme que le transfert de la compétence " eau " n'entraine pas le transfert du solde déficitaire du budget annexe du SPIC figurant au compte administratif de la commune.

Lire la suite >>


Dissolution d'un syndicat mixte ouvert et conséquences pour le personnel

Secteur Public / Intercommunalités 17 février 2016

Pour la première fois, le Conseil d'Etat dans un arrêt du 10 décembre 2015, n°361666 fixe les conditions dans lesquelles le personnel du syndicat mixte ouvert doit être repris lorsque le service est repris par les membres du syndicat dissous.

Lire la suite >>


Contentieux de l'élection d'un président d'établissement public de coopération intercommunale (EPCI)

Comme pour tout type d'opérations électorales dont il a à connaitre, le juge administratif (1) est vigilent à la non altération de la sincérité du scrutin dans le contexte de la désignation des présidents des intercommunalités ; en cas d'atteinte démontrée, l'élection encourt l'annulation.

Lire la suite >>


Impartialité et fonctionnement de la commission départementale de coopération intercommunale

Une commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) peut se réunir pour se prononcer sur un schéma de coopération intercommunale (SDCI) et le modifier en toute légalité bien que certains de ses membres soient des élus de collectivités qui seraient impactées par les modifications décidées (1).

Lire la suite >>


Incidences de la restitution d'une compétence après fusion

Une position administrative récente (1) indique qu'en matière de restitution de compétence aux communes par suite de fusion, il y a lieu de faire application de l'article L.5211-25-1 du code général des collectivités territoriales, stricto sensu.

Lire la suite >>


Annulation d'élection de conseiller municipal : patatras du mandat de conseiller communautaire

Dans un récent arrêt du conseil d'Etat (1), le juge indique l'étendue de ses pouvoirs d'annulation s'agissant des mandats de conseiller municipal et de conseiller communautaire ; le sort du mandat municipal emporte celui de conseiller communautaire.

Lire la suite >>


Une répartition des sièges au sein de l'EPCI tardive

Dans un arrêt en date du 7 mai 2015, la cour administrative d'appel a eu l'occasion de se prononcer sur la légalité d'un arrêté préfectoral fixant le nombre et la répartition des sièges des communes au sein d'une communauté de communes. L'article L5211-6-1 du code Général des Collectivités Territoriales, encadre dans le temps l'arrêté préfectoral.

Lire la suite >>


Incompétence du préfet en matière de répartition des sièges

Le juge administratif (1) a indiqué qu'il y avait un doute sérieux quant à la légalité d'une décision préfectorale venant fixer la répartition et le nombre d'élus au sein de l'organe délibérant d'un EPCI à fiscalité propre.

Lire la suite >>


Du formalisme pour ne pas remplacer un élu communautaire démissionnaire !

Dans les communes de moins de 1 000 habitants, le remplacement d'un conseiller communautaire s'opère suivant la logique de l'ordre du tableau ; cependant les suivants de listes ne sont pas forcément intéressés pour remplacer l'élu qui se démet de ce type de mandat ; le juge administratif vient de nous éclairer quant au formalisme de la renonciation au remplacement (1).

Lire la suite >>


Remplacement d'un conseiller communautaire : discussion autour du principe d'égalité

Un requérant défendant l'idée que l'article L. 273-10 du code électoral préjudiciait au principe d'égalité s'est vu recaler dans son argumentaire par le juge administratif (1) qui ne voyait pas en la matière de caractère sérieux et n'a donc pas saisi le juge constitutionnel pour en examiner la valeur.

Lire la suite >>