Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Développement à l'international

    Développement à l'international

    SVP, un partenaire fiable et réactif pour vous accompagner dans votre développement international

    Vous souhaitez vous développer à l’international tout en maîtrisant les risques et les pratiques du commerce international ?

    Etablir un plan d’export, importer des composants, s’implanter sur de nouveaux marchés étrangers, mobiliser des aides et des financements... Avec SVP, vous verrouillez vos démarches, analysez les enjeux de vos opérations, connaissez les interlocuteurs et organismes à solliciter et identifiez même des partenaires potentiels.

    SVP, c’est la garantie d’obtenir des réponses d’experts pour sécuriser toutes vos opérations à l’international.


    Développement à l'international : exemples de questions

    Dans le cadre d’une livraison e-commerce à l’étranger, une entreprise doit-elle rembourser les frais de douanes et de transport en cas de retour de marchandises ?

    Une entreprise française de textile souhaite s’implanter au Brésil. Quelle est la réglementation douanière et technique applicable à ses produits dans ce pays (règles d’étiquetage, normes) ?

    Les dirigeants d’une start-up s’intéressent au marché de la restauration à domicile bio. Ils souhaitent connaître la nationalité des acteurs majeurs de ce secteur et comment sont structurés les marchés que ces entreprises passent avec leurs clients.

    Quelles sont les règles relatives au recrutement au Canada ?

    Quelles sont les obligations sociales d'une entreprise ayant des salariés en Angleterre ?

    Les articles

    Importation de verre solaire en provenance de Chine : Expiration prochaine de certaines mesures antidumping / compensatoires

    Les verres solaires importés dans l'UE en provenance de Chine sont actuellement frappés de droits antidumping et compensatoires. Ces mesures prendront fin en principe le 15/05/2019.

    Lire la suite >>

    Taux de change au 28 septembre 2018 et en moyenne mensuelle

    Consultez, en téléchargement, la valeur du dollar US, du real brésilien, du yuan renminbi chinois et d'autres devises par rapport à l'euro au 28 septembre 2018 et en moyenne mensuelle pour le mois de septembre 2018.

    Lire la suite >>

    Le Qatar est le 78ème pays à accepter le carnet ATA

    Depuis le 1er août 2018, le Qatar a mis en application le système du carnet ATA pour les échanges temporaires de marchandises avec l'étranger

    Lire la suite >>

    Quelle durée du travail au Maroc ?

    / Alerte RH 04 juin 2012

    Le salarié expatrié au Maroc ne sera plus soumis aux 35 heures, mais à la durée légale marocaine, fixée à 44 heures hebdomadaires. Concernant les congés payés, un salarié de plus de 18 ans aura droit à 18 jours de congés pour 12 mois de travail effectif. Le salarié âgé de moins de 18 ans bénéficiera lui de 24 jours de congés pour la même durée de travail effectif.


    Procédure de licenciement à Monaco

    Le droit du travail à Monaco ne fait pas l'objet comme en France d'un code unique où toutes les dispositions légales sont inscrites. Il regroupe en effet plusieurs lois éparses, spécifiques à chaque aspect du droit du travail. Une réforme sur le sujet semble par ailleurs difficile, un projet de loi de mars 2007 sur le contrat de travail n'a encore jamais vu le jour.Voici donc quelques pistes pour s'y retrouver en matière de procédure de licenciement en droit monégasque.


    Quel contrat de travail au Maroc ?

    / Alerte RH 04 juin 2012

    Lors d'une expatriation au Maroc, le contrat de travail liant le salarié français et sa société d'envoi va être suspendu et un nouveau contrat de travail va être élaboré, soumis au droit du pays d'accueil. Il convient donc de bien appréhender les spécificités du droit du travail au Maroc.


    Expatriation au Maroc et paiement de l'impôt sur le revenu

    / Alerte RH 19 juin 2012

    L'impôt sur le revenu marocain est calculé sur le revenu global des contribuables qui résident sur place. Le revenu imposable tient compte des frais engagés par le contribuable et de sa situation familiale. La tranche maximum du barème est de 38 %. A noter que les salariés voient leur impôt directement prélevé à la source.


    Les conditions de travail au Maroc : salaire minimum et heures supplémentaires

    / Alerte RH 15 juin 2012

    Le salaire minimum marocain a connu une hausse en 2011 et en connaitra une nouvelle en juillet 2012. Il s'élèvera alors à 12,24 DH de l'heure. Le paiement des heures supplémentaires est bien encadré : celles-ci sont majorées de 25% à 100% selon certains critères.


    Expatriation en Espagne, comment se calcule l'impôt sur le revenu ?

    / Alerte RH 29 novembre 2012

    Il y a trois niveaux de taxation en Espagne, la première au niveau de l'Etat, la seconde au niveau de chacune des 17 provinces et la troisième au niveau des communes. La période fiscale coïncide avec l'année civile. De manière générale une personne physique sera donc imposable sur le revenu qu'elle a perçu au cours de l'année et pourra déduire les charges qu'elle a supportées la même année. Enfin, le barème fiscal est progressif, augmenté d'une sur taxe.


    Charges sociales au Maroc

    / Alerte RH 13 juin 2012

    A la différence du détachement où le salarié peut rester affilié à son régime de sécurité sociale d'origine, le salarié expatrié sera soumis aux charges sociales du pays d'accueil. Ainsi, le salarié expatrié au Maroc sera soumis aux charges sociales locales, dont le montant global s'élève à 24,79%.


    Le droit du travail à l'Ile Maurice

    / Alerte RH 22 mai 2013

    Il existe, comme dans toutes les règlementations du travail, des points essentiels à prendre en considération pour l'embauche d'un salarié. De manière générale, il est important de s'intéresser au temps de travail, aux congés, à la rémunération minimale, etc.


    Expatriation en Italie : comment se calcule l'impôt sur le revenu ?

    / Alerte RH 23 juillet 2012

    Les personnes physiques résidentes italiennes sont assujetties à l'imposta sul reddito delle persone fisiche (IRPEF). Les résidents y sont assujettis sur leurs revenus de source mondiale, alors que les non résidents n'y sont assujettis, que sur leurs revenus de source italienne. L'impôt sur le revenu en Italie se calcule selon un barème progressif compte tenu des revenus perçus durant l'année civile.