Résultats de recherche pour salaire moyen

Salaires en 2016 : la rigueur toujours de mise

Au cours de l'année 2015, le salaire de base dans le secteur privé a progressé de 1,2% dans un contexte de hausse de prix de 0,2%. En 2014, les salaires avaient augmenté de 1,4% en 2014 (inflation de 0,1%). Selon l'INSEE, la prise en compte des primes, de l'intéressement et des heures supplémentaires se traduit par une hausse des salaires moyens de 1,6% en 2015 comme en 2014. Les augmentations pour l'année 2016 seraient du même ordre qu'en 2015 malgré une accélération de l'inflation.


Salaires en 2016 : la rigueur toujours de mise

Au cours de l'année 2015, le salaire de base dans le secteur privé a progressé de 1,2% dans un contexte de hausse de prix de 0,2%. En 2014, les salaires avaient augmenté de 1,4% en 2014 (inflation de 0,1%). Selon l'INSEE, la prise en compte des primes, de l'intéressement et des heures supplémentaires se traduit par une hausse des salaires moyens de 1,6% en 2015 comme en 2014. Les augmentations pour l'année 2016 seraient du même ordre qu'en 2015 malgré une accélération de l'inflation.


Salaires en 2016 : la rigueur toujours de mise

Au cours de l'année 2015, le salaire de base dans le secteur privé a progressé de 1,2% dans un contexte de hausse de prix de 0,2%. En 2014, les salaires avaient augmenté de 1,4% en 2014 (inflation de 0,1%). Selon l'INSEE, la prise en compte des primes, de l'intéressement et des heures supplémentaires se traduit par une hausse des salaires moyens de 1,6% en 2015 comme en 2014. Les augmentations pour l'année 2016 seraient du même ordre qu'en 2015 malgré une accélération de l'inflation.


Ralentissement des hausses de salaires

Selon les dernières données de l'INSEE et du Ministère du Travail, l'évolution des salaires reste peu dynamique. Cette situation s'explique par la persistance d'un niveau élevé du taux de chômage. Cependant, l'inflation toujours proche de zéro maintient un gain de pouvoir d'achat.


Ralentissement des hausses de salaires

Selon les dernières données de l'INSEE et du Ministère du Travail, l'évolution des salaires reste peu dynamique. Cette situation s'explique par la persistance d'un niveau élevé du taux de chômage. Cependant, l'inflation toujours proche de zéro maintient un gain de pouvoir d'achat.


Ralentissement des hausses de salaires

Selon les dernières données de l'INSEE et du Ministère du Travail, l'évolution des salaires reste peu dynamique. Cette situation s'explique par la persistance d'un niveau élevé du taux de chômage. Cependant, l'inflation toujours proche de zéro maintient un gain de pouvoir d'achat.


Ralentissement des hausses de salaires

Selon les dernières données de l'INSEE et du Ministère du Travail, l'évolution des salaires reste peu dynamique. Cette situation s'explique par la persistance d'un niveau élevé du taux de chômage. Cependant, l'inflation toujours proche de zéro maintient un gain de pouvoir d'achat.


Ralentissement de la hausse des salaires

Ressources Humaines / Alerte RH 08 octobre 2014

D'après le Ministère du Travail, le salaire de base du secteur privé a progressé de 0,4 % au deuxième trimestre 2014. Sur un an, la hausse atteint 1,4% contre 1,6% en 2013. La faiblesse de l'inflation maintient l'évolution du salaire réel (pouvoir d'achat) à 0,9% par an. Selon la Sécurité sociale, la masse salariale progresse de 1,6% sur un an, le salaire moyen (salaire de base et primes) atteignant 2 473 euros par mois (+1,6% sur un an, contre 1,7% en 2013).


Ralentissement de la hausse des salaires

D'après le Ministère du Travail, le salaire de base du secteur privé a progressé de 0,4 % au deuxième trimestre 2014. Sur un an, la hausse atteint 1,4% contre 1,6% en 2013. La faiblesse de l'inflation maintient l'évolution du salaire réel (pouvoir d'achat) à 0,9% par an. Selon la Sécurité sociale, la masse salariale progresse de 1,6% sur un an, le salaire moyen (salaire de base et primes) atteignant 2 473 euros par mois (+1,6% sur un an, contre 1,7% en 2013).


Ralentissement de la hausse des salaires

D'après le Ministère du Travail, le salaire de base du secteur privé a progressé de 0,4 % au deuxième trimestre 2014. Sur un an, la hausse atteint 1,4% contre 1,6% en 2013. La faiblesse de l'inflation maintient l'évolution du salaire réel (pouvoir d'achat) à 0,9% par an. Selon la Sécurité sociale, la masse salariale progresse de 1,6% sur un an, le salaire moyen (salaire de base et primes) atteignant 2 473 euros par mois (+1,6% sur un an, contre 1,7% en 2013).