SVP
Actualité

Clause de non concurrence : mode d'emploi

Date de publication
Temps de lecture
2min
Clause de non concurrence : mode d'emploi
Pour restreindre, limiter ou empêcher la concurrence d'un cocontractant, une clause dite de non-concurrence, appelée aussi de non-réaffiliation ou de non rétablissement, peut être insérée dans le contrat et ce, que ce soit dans un contrat commercial, tel celui d'agent commercial, de distribution, ou de franchise, mais aussi dans un contrat de travail à l'encontre d'un salarié … Quelle est l'utilité réelle de cette clause ?

Pourquoi une clause de non-concurrence ?

L'insertion d'une clause de non-concurrence permet à un professionnel (le plus souvent un commerçant) d'empêcher son cocontractant de s'établir ou de développer une activité concurrente ou, en tous cas, de restreindre cette opportunité. Cette interdiction pourra concerner la durée de la relation contractuelle, voire également, les années suivantes.

Validité de la clause

La mise en place d'une clause de non-concurrence doit découler d'un intérêt légitime de la personne souhaitant empêcher son ancien partenaire contractuel de lui faire une concurrence anormale.

Toutefois, pour être valable, cette clause doit respecter certaines conditions. Elle doit être limitée dans son objet (il n'est pas possible d'interdire toute activité économique ou professionnelle), ainsi qu'être limitée, soit dans le temps, soit dans l'espace. Il sera donc indispensable de fixer une durée ou une zone géographique à la clause de non-concurrence.

Une contrepartie financière obligatoire ?

Contrairement aux idées reçues, la clause de non-concurrence n'est pas automatiquement assortie d'une contrepartie financière. La règlementation n'impose une telle contrepartie qu'au profit du salarié dans le cadre d'un contrat de travail.

Aucune contrepartie financière n'a, de ce fait, à être obligatoirement prévue dans les contrats commerciaux.

Quelle sanction en cas de violation de la clause ?

En cas de non respect de cette clause, une demande en réparation du préjudice subi pourra être effectuée et, le cas échéant, il sera possible d'obtenir la cessation du trouble causé en démontrant simplement que le cocontractant a exercé une activité qui lui était interdite.

Cette lettre est réalisée par : Alexandra Barakat, Christine Olivier-caillat, Sydney Azoulay, Jean-pierre Goncalves

Les articles des experts SVP sur le même thème :


Partager

Pour ne rien manquer

inscrivez-vous à notre newsletter

Cochez cette case si vous acceptez de recevoir notre newsletter. Afin d'en savoir plus sur l'utilisation de vos données personnelles, rendez-vous sur notre politique de confidentialité de protection des données personnelles. Dans le cas où vous voudriez vous désinscrire de votre newsletter, cliquez sur le lien se trouvant en bas de celle-ci afin de nous notifier de votre décision.

Testez le site web svp.com et gagnez des chèques cadeaux !

Participez à nos tests utilisateurs et aidez-nous à améliorer la navigation et les services svp.com. Vous recevrez des chèques cadeaux en remerciement de votre participation. Durée du test : 30mn. Inscrivez-vous dès maintenant !

Je participe