SVP
Actualité

Innovations dans la lutte contre la Covid-19, attention à certaines promesses

Date de publication
Temps de lecture
2min
Innovations dans la lutte contre la Covid-19, attention à certaines promesses
L'Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) alerte sur des dispositifs anti-Covid-19, dits innovants, tels que les revêtements biocides, les purificateurs d'air intérieur ou encore la désinfection par les rayonnements ultraviolets ou avec l'ozone. Ces dispositifs peuvent créer des risques nouveaux en plus d'être peu efficace dans la réduction de la transmission du virus.

Revêtements biocides

Sous forme de films, membranes ou vernis contenant des biocides à effet longue durée, ces produits sont destinés à couvrir les surfaces à protéger. Celles-ci fréquemment touchées par des utilisateurs cumulent rapidement des salissures empêchant le biocide d'agir. Donc ces surfaces nécessitent un nettoyage fréquent pour "activer" le biocide. Le nettoyage est recommandé normalement dans le contexte de la Covid-19. Les tensio-actifs dans les savons détruisent l'enveloppe du SARS-CoV-2 et le rendent inactif. L'INRS aborde également la question de l'efficacité du biocide contre le SARS-CoV-2 et sa rapidité d'action.

Les purificateurs d'air intérieur

Ces dispositifs traitent, par différents procédés, l'air de la pièce et le restitue dans le même local. Or, le Code du travail impose l'apport d'air neuf extérieur ce qui n'est pas le cas de ce système. Le système de filtration utilisé dans ce type d'équipement peut diminuer les concentrations de virus, mais ne se substitue pas à l'apport d'air frais. "Seuls les dispositifs équipés de filtres HEPA de classe minimale H13 selon la norme EN 1822-1 et installés de manière parfaitement étanche permettent d'arrêter efficacement les aérosols susceptibles de véhiculer le virus, à condition d'un entretien régulier suivant les préconisations du fournisseur", ajoute le communiqué de l'INRS.

Désinfection par rayonnement Ultra-violet (UV)

Sous forme de lampe émettant des rayonnements UV, notamment les UV-C, qui sont utilisés depuis longtemps, entre autres, dans le milieu de la santé ou de l'agroalimentaire pour le traitement de l'air ou de l'eau. L'utilisation de cette technique pour la désinfection des surfaces impose que les surfaces soient nettoyées et que l'exposition aux rayonnements soit direct. Pour rappel, le nettoyage régulier des surfaces est une recommandation pour la lutte contre la Codid-19. Sans parler des effets de ces rayonnements sur la décomposition des produits chimiques présents en sous-produits nocifs. Il ne faut pas oublier les risques d'exposition des travailleurs à ces rayonnements notamment atteinte de la peau et des yeux.

Utilisation de l'ozone pour la désinfection des surfaces

"Quant à l'utilisation de l'ozone gazeux en tant que biocide pour la désinfection de surfaces, si plusieurs études présentent de bons résultats sur diverses bactéries, moisissures et levures, la recherche bibliographique n'a pas permis de trouver d'études sur des virus " enveloppés " comme le SARS-CoV-2", indique le communiqué et développe d'autres aspects liés à cette utilisation.


Partager

Pour ne rien manquer

inscrivez-vous à notre newsletter

Cochez cette case si vous acceptez de recevoir notre newsletter. Afin d'en savoir plus sur l'utilisation de vos données personnelles, rendez-vous sur notre politique de confidentialité de protection des données personnelles. Dans le cas où vous voudriez vous désinscrire de votre newsletter, cliquez sur le lien se trouvant en bas de celle-ci afin de nous notifier de votre décision.