SVP
Actualité

Le tabac n'est plus tabou

Date de publication
Temps de lecture
4min
Le tabac n'est plus tabou
Mise en péril de la santé, conflits entre salariés, absentéisme, perte de productivité : le tabagisme préoccupe les entreprises. Pour certaines sociétés, il ne s’agit plus seulement de protéger les non fumeurs mais d’aider

Mise en péril de la santé, conflits entre salariés, absentéisme, perte de productivité : le tabagisme préoccupe les entreprises. Pour certaines sociétés, il ne s’agit plus seulement de protéger les non fumeurs mais d’aider les 23% de salariés qui fument à décrocher. Des arguments juridiques, sociaux et économiques ne poussent-ils pas en effet les entreprises à réagir ?



Grandes entreprises et PME se mobilisent



Un décret annoncé pour le mois de novembre 2006 (application prévue pour le 1er février 2007), interdirait de fumer dans les entreprises. Les employeurs pourraient mettre à disposition un local fumeur. Ce texte fixerait des normes strictes pour éviter les méfaits du tabagisme passif.



L’interdiction de fumer au sein des entreprises se répand de plus en plus. Aujourd’hui, ces dernières organisent l’assistance auprès des fumeurs pour les aider à arrêter. Les salariés volontaires s’intègrent dans une démarche collective et/ou individuelle dans laquelle s’impliquent les différents acteurs ( Direction Générale, fumeurs, non fumeurs et représentants du personnel).



Au siège social de TOTAL, après une première tentative peu réussie d’action d’aide au sevrage en 2002, la décision d’interdire le tabac dans l’entreprise est prise en mai 2004 pour une application en janvier 2005. Le DRH a réalisé une enquête interne dans laquelle 64% des sondés se sont prononcés pour une interdiction de fumer dans l’entreprise.

Première action : la révision du règlement intérieur. Seconde action : lancement d’une nouvelle campagne d’aide au sevrage en faisant appel à un prestataire*.



Chez PSA Sochaux, l’accompagnement au sevrage des salariés fumeurs s’est organisé avec l’aide des médecins du travail et des infirmières répartis sur le site. L’accompagnement a été individualisé et a nécessité une surveillance médicale (surveillance du poids, conseils diététiques, rythme cardiaque, troubles du sommeil et du comportement…). Au préalable, le salarié « fumeur » a du remplir deux tests d’aptitude au sevrage et s’engager par écrit à suivre le parcours de trois mois et les cinq consultations ainsi qu’une participation financière ; si l’entreprise a pris en charge les deux tiers du traitement (patch…), 50 euros sont restés à la charge du salarié.

Au terme des trois mois de traitement, 47% des 300 fumeurs volontaires ont arrêté. Le bilan au bout d’un an est estimé à environ 17,4% de réussite.



La brasserie GEORGES à Lyon a anticipé en devenant totalement non fumeur dès le 1er juillet 2006. Cette décision motivée par l’impact commercial - car le nombre de demandes dans l’espace non fumeur augmentait - a aussi été prise pour veiller à la santé des salariés (nombre important de fumeurs). Pour accompagner les salariés fumeurs, souhaitant profiter de cette mesure pour arrêter le tabac, la direction s’est engagée à financer les patchs ou autres traitements. Le CHSCT a été consulté et a validé le dispositif. Les salariés fumeurs ont cependant l’autorisation de fumer sur la terrasse.



L’entreprise BERGERE DE FRANCE a interdit depuis le 1er mars 2006 la cigarette à l’intérieur de ses locaux mais aussi sur ses espaces verts. Un local fumeur a été installé à l’extérieur.

L’entreprise a prévu une période de transition de six mois afin d’aider les salariés volontaires à arrêter de fumer.

Résultat : en juin 2006, 9 personnes sur 49 ont arrêté définitivement de fumer et un grand nombre a diminué sa consommation.





L’Europe dit Non au tabac



Une étude Eurobaromètre de janvier 2006 fait apparaitre que 75% des fumeurs et 90% des non fumeurs sont favorables à une interdiction de fumer dans les bureaux. A ce jour, l’Europe n’a pas réglementé l’interdiction de fumer. Pourtant en août 2006, la commission européenne a reconnu le droit à un employeur irlandais de refuser l’embauche d’un candidat fumeur.

Ce consensus général ne doit pas faire oublier que les pays européens n’ont pas tous la même législation anti-tabac : interdiction totale pour l’Irlande, l’Italie ou les Pays-Bas mais une plus grande permissivité en Autriche. La Grèce doit faire face au non respect d’une législation stricte.

Il y a un revers à la médaille: en Italie, les entreprises qui ont permis la pause-cigarette constatent que 40 minutes sont perdues par jour et demandent aux fumeurs de récupérer ce temps. Aux Pays-Bas, les entreprises ont participé à des campagnes de prévention mais rares sont celles qui ont mis en oeuvre des mesures d’aide au sevrage tabagique.



Outre-Atlantique, certaines entreprises ont une démarche plus radicale. Les salariés de la société Garden of Life (secteur agro alimentaire) ont dû signer un engagement de ne pas fumer ni chez eux ni dans l’entreprise. En cas de refus de signer, l’entreprise ne finance plus leur couverture médicale. Pour les aider, elle leur offre 250 dollars par mois de thérapies pour arrêter de fumer.





Les risques d’engagement de responsabilité pénale encourue pour tabagisme passif, obligent les entreprises et le DRH a trouvé des solutions nouvelles. Aujourd’hui, le DRH est tenu de maintenir un climat social et une cohésion afin de ne pas stigmatiser les fumeurs. Passer par une démarche volontariste auprès des salariés, des membres de leurs familles, établir une charte « entreprise sans tabac » , associer les représentants du personnel et le médecin du travail sont autant d’initiatives qui peuvent être mises en place dans les entreprises et ce quel que soit sa culture, ses moyens ou son effectif.





* Exemples Allen Carr (méthode comportementale, organisée en séance collective), OFT….




Partager

Articles qui pourraient vous intéresser

Pour ne rien manquer

inscrivez-vous à notre newsletter

Cochez cette case si vous acceptez de recevoir notre newsletter. Afin d'en savoir plus sur l'utilisation de vos données personnelles, rendez-vous sur notre politique de confidentialité de protection des données personnelles. Dans le cas où vous voudriez vous désinscrire de votre newsletter, cliquez sur le lien se trouvant en bas de celle-ci afin de nous notifier de votre décision.