SVP
Actualité

Sécurité des élus locaux et protection des maires : la loi est publiée

Date de publication
Temps de lecture
3min
Sécurité des élus locaux et protection des maires : la loi est publiée
La loi n°2024-247 du 21 mars 2024 renforçant la sécurité et la protection des maires et des élus locaux a été publiée au Journal Officiel du 22 mars 2024.
Cette loi vise un double objectif :
  • renforcer les sanctions encourues par les acteurs d'agressions contre les élus ;
  • améliorer l’accompagnement par les acteurs judiciaires et étatiques chargés des élus victimes.
La loi est divisée en 3 titres et comporte 19 articles.

Mieux protéger les élus en cas de violences commises à leur encontre 

Certaines mesures de la loi consistent à consolider l'arsenal répressif pour mieux protéger les élus en cas de violences commises à leur encontre. Ces mesures ont pour objet :

  • l'alignement des peines encourues pour violences contre des élus ou leurs proches sur celles qui visent les violences volontaires sur agents des forces de sécurité intérieure. Pour ce délit spécifique, créé par la loi "responsabilité pénale et sécurité intérieure" du 24 janvier 2022, les peines maximales sont de 7 ou 10 ans de prison dans les cas les plus graves. Ces peines ont été élargies aux violences contre d'anciens élus (dans la limite de six années après le mandat) ;
  • l'ajout d'une peine de travail d’intérêt général (TIG) qui complétera les sanctions actuellement prononçables en cas d’injure, d'outrage ou de diffamation publique proférée contre des élus ou d'autres personnes dépositaires de l'autorité publique ;
  • l'ajout d'une nouvelle circonstance aggravante en cas de harcèlement moral, notamment en ligne, contre des élus (pour un cyberharcèlement, jusqu'à 3 ans de prison et 45 000 euros d'amende) ;
  • le renforcement des sanctions en cas d'atteintes dangereuses aux biens commises au préjudice de tous les élus (permanences parlementaires...).

Prise en charge des élus victimes de violences, d'agressions ou d'injures dans le cadre de leur mandat ou d'une campagne électorale

Le titre II de la loi a pour objectif d'améliorer la prise en charge des élus victimes de violences, d'agressions ou d'injures dans le cadre de leur mandat ou d'une campagne électorale. Les articles de ce titre consistent à :

  • Automatiser (sans décision préalable du conseil municipal) l’octroi de la protection fonctionnelle aux maires et aux adjoints ou anciens maires ou adjoints victimes de violences, de menaces ou d’outrages qui en font la demande ;
  • Etendre l'octroi automatique de la protection fonctionnelle  aux présidents et vice-présidents des conseils régionaux et départementaux ainsi qu'à ces anciens élus ;
  • Etendre la protection fonctionnelle de l'État aux candidats aux élections et le texte prévoit, sous certaines conditions, le remboursement par l'État des frais de sécurisation engagés par les candidats pendant la campagne électorale en cas de menace avérée. Un décret est prévu ;
  • Mettre à la charge de l’État la protection fonctionnelle des maires ou élus municipaux ayant reçu délégation, victimes de violences, menaces ou d’outrages lorsqu'ils agissent en tant d’agent de l’État (par exemple comme officier d’état civil ou officier de police judiciaire) ;
  • Modifier le code de l'assurance en raison de la difficulté croissante des candidats ou des élus nationaux ou locaux à assurer leurs permanences électorales. Ils pourront saisir le bureau central de la tarification (BCT) en cas de refus d'assurer leurs permanences par au moins deux compagnies. Ces dispositions seront applicables en mars 2025. 

Prise en compte des réalités des mandats électifs locaux par les acteurs judiciaires et étatiques

La loi renforce également la prise en compte des réalités des mandats électifs locaux par les acteurs judiciaires et étatiques. Il s'agit principalement de :

  • Renforcer l’information des maires par les parquets et la loi prévoit la signature de conventions entre associations d’élus locaux, préfets et procureurs sur le traitement judiciaire des infractions commises contre des élus. De telles conventions existent déjà dans certains départements ;
  • Renforcer la composition des conseils locaux et intercommunaux de sécurité et de prévention de la délinquance.

Partager

Veille métier secteur public

Chaque jour, retrouvez la sélection des actualités clés qui impactent le quotidien des décideurs publics

Voir l'offre

Pour ne rien manquer

inscrivez-vous à notre newsletter

Cochez cette case si vous acceptez de recevoir notre newsletter. Afin d'en savoir plus sur l'utilisation de vos données personnelles, rendez-vous sur notre politique de confidentialité de protection des données personnelles. Dans le cas où vous voudriez vous désinscrire de votre newsletter, cliquez sur le lien se trouvant en bas de celle-ci afin de nous notifier de votre décision.