SVP
Actualité

Télétravail et accord national interprofessionnel : impacts sur les salariés

Date de publication
Temps de lecture
4min
Auteur
Télétravail et accord national interprofessionnel : impacts sur les salariés
La pandémie a forcé un virage vers le télétravail, soutenu par l'ANI de novembre 2020. Cet accord guide le télétravail, équilibrant avantages et inconvénients. Flexibilité et réduction des trajets peuvent améliorer la qualité de vie, mais l'isolement social et la frontière floue entre travail et vie personnelle sont des défis. L'efficacité de l'ANI dépendra de sa mise en œuvre adaptée aux besoins, nécessitant une surveillance constante et un soutien pour garantir le bien-être des employés.

Pourquoi ce changement des accords télétravail de 2005 ?

La pandémie a remodelé le travail, mettant en avant le télétravail. La révision des accords de 2005 s'est imposée pour encadrer cette transition majeure et en comprendre les impacts.

Les conséquences concrètes de la crise sanitaire

La crise sanitaire et en particulier les confinements furent de véritables bouleversements pour les entreprises. Il a, soudainement, fallu  trouver le moyen de produire de la valeur ajoutée à distance. Un certain nombre de problématiques se sont alors posées, de la cybersécurité au moyen de communication en passant par le management et l’isolement des salariés. C’est toute l’organisation du travail qu’il a fallu revoir, accélérant ainsi la dématérialisation contrainte et forcée des processus. Si le télétravail était déjà présent avant 2020, il était encore très minoritaire, ne concernant que très peu de salariés sur des durées limitées. Dans la mesure où l’activité professionnelle à distance est devenue la norme, il était urgent de revoir les accords interprofessionnels de 2005 vis à vis de la composante inédite d’une pandémie mondiale.

Le télétravail :  de nouveaux repères à construire

La dématérialisation des processus est une tendance en cours depuis des années grâce à l’avancée technologique. Si de nombreuses entreprises ont pu modifier leur mode de travail, d’autres ont eu plus de mal à franchir le cap. De nouveaux dangers ont vu le jour notamment au regard de la cybersécurité. Ainsi, les salariés contraints de travailler sur leur ordinateur personnel furent nombreux, les mettant à la merci d’attaques informatiques. Ce changement brutal des habitudes fit naître des risques psychosociaux propres à la situation actuelle. La rupture, de plus en plus floue, entre vie privée et professionnelle fut à l’origine de nouveaux sentiments de malaise.  L’isolement et le travail à distance ont des conséquences néfastes accompagnés par le stress supplémentaire causé par une  prise en main des outils technologiques difficiles. (fatigue due aux visioconférences à répétition, entre autres)

Quels impacts des accords télétravail (ANI)  sur la qualité de vie au travail  ?

La récente révision des accords télétravail de 2005 répond à l'évolution des pratiques professionnelles induite par la crise sanitaire. Cette mise à jour vise une meilleure protection des télétravailleurs, tout en reflétant un changement de perspective sur le travail à distance et la gestion des équipes.

Une mise à jour pour une protection accrue des télétravailleurs

Il s’agit d’une mise à jour d’un précédent accord de 2005 mettant l’accent sur les nouveaux risques liés au télétravail. Destiné à la protection du salarié contraint d’effectuer ses missions à distance, il évoque également le rôle des managers ayant pour mission d’accompagner les collaborateurs du mieux possible durant cette crise. Ce texte, bien que novateur ne s’impose pas aux conventions collectives des entreprises ce qui a pu décevoir étant donné l’ampleur du bouleversement touchant les salariés. Il s’agit en effet plus d’une lettre d’intention que de textes qui font loi.

Les accords télétravail : un nouveau point de vue sur le travail à distance

Si le télétravail n’a pas toujours eu bonne réputation auprès des patrons et managers, notamment en France, très axée sur la culture du présentiel, les récents évènements ont provoqué une prise de conscience sans précédent. Les salariés ont su montrer que le télétravail pouvait rimer avec productivité. Nombreux sont les collaborateurs s’estimant plus efficaces à leur domicile qu’au siège de leur entreprise.

L’ANI de novembre  2020, a pour mission de prévenir les effets néfastes des nouveaux modes de travail qui s’imposent, distanciel ou hybride. Il aborde notamment le droit à la déconnexion qui s’est vu bafoué pendant les périodes de confinement.

L’accord télétravail est axé en fin sur ces deux points :

  • Le temps de travail, à savoir : le dépassement des horaires tendant vers une augmentation pérenne de l’investissement des télétravailleurs

  • La responsabilité des salariés devenant plus autonomes, transformant ainsi les relations avec les managers. Ceux-ci sont par conséquent dans l’obligation de changer leur mode de management et de contrôle.

Les accords télétravail n’ont pas pour ambition de s’imposer aux partenaires sociaux, il s’agit pour l’instant d’un outil visant à définir des objectifs de protection du salarié et de sauvegarde de sa relation avec l’entreprise.


Partager

Pour ne rien manquer

inscrivez-vous à notre newsletter

Cochez cette case si vous acceptez de recevoir notre newsletter. Afin d'en savoir plus sur l'utilisation de vos données personnelles, rendez-vous sur notre politique de confidentialité de protection des données personnelles. Dans le cas où vous voudriez vous désinscrire de votre newsletter, cliquez sur le lien se trouvant en bas de celle-ci afin de nous notifier de votre décision.