SVP
Actualité

Transition écologique : chantier RH prioritaire ?

Date de publication
Temps de lecture
4min
Transition écologique : chantier RH prioritaire ?
La question du climat, de la transition écologique nécessaire, invite les entreprises de manière plus pressante et engagée à modifier et réduire leur empreinte carbone. L'entreprise dans toutes ses composantes, est pensée comme une partie prenante, un acteur incontournable dans la gestion des problématiques climat. Selon un schéma balancier, les obligations et incitations " climat " sont renforcées et accompagnent les initiatives et/ou politiques RSE d'entreprises. Les nouvelles générations au travail boostent l'entreprise dans cette direction. L'engagement en faveur de l'environnement comme la politique d'inclusion de l'entreprise sont des leviers de performance et d'attractivité de l'entreprise

Environnement législatif : la législation sociale se teinte de vert depuis quelques années

Après l'Europe, le législateur français s'est emparé du sujet de l'écologie et les réformes s'accélèrent en faveur de l'environnement. Celles-ci ont d'abord touché d'autres domaines de la législation que le droit social. Les lois “Grenelle 2” de 2010 ont imposé aux grandes entreprises d'établir un rapport RSE, transformé depuis 2017 en déclaration de performance extra financière. Par ailleurs, la loi Pacte de 2019 introduit des obligations quant à l'objet social des entreprises. Celui-ci doit prendre en considération les enjeux sociaux et environnementaux.

Les réformes en droit social commencent également à prendre de l'ampleur. Concernant les déplacements des salariés, la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015 impose l'élaboration d'un plan de mobilité afin d'encourager l'utilisation des transports en commun et le recours au covoiturage, depuis le 1er janvier 2018.

Le législateur a également intégré de nouvelles parties prenantes au sein de l'entreprise, en octroyant au CSE quelques attributions, notamment d'un droit d'alerte environnemental depuis 2013. La loi climat et résilience de l'été dernier implique encore davantage le CSE des entreprises d'au moins 50 salariés dans la transition écologique. La loi climat élargit par ailleurs la négociation sur la GPEC, afin de prendre en compte les enjeux de la transition écologique sur les métiers des salariés. Les partenaires sociaux vont pouvoir devenir force de proposition au sujet de l'environnement.

Au-delà des obligations légales en matière d'environnement, le législateur a également mis en place des incitations financières, afin d'aider les entreprises à accélérer leur implication dans la transition écologique. Le forfait mobilités durables, créé en 2020, encourage le recours à des transports plus propres pour les trajets domicile-travail, avec des exonérations de charges sociales. L'administration a également favorisé le télétravail, en admettant l'indemnisation des frais de télétravail sous forme de forfaits exonérés de charges sociales depuis 2019.

Le dernier rapport du GIEC prévoit qu'il reste 3 ans pour agir, afin de limiter l'impact du réchauffement climatique. Compte tenu de l'urgence, les réformes devraient se poursuivre dans tous les domaines, mais pour l'heure, la prise de responsabilité des représentants des salariés de l'entreprise devrait commencer à accélérer le processus au sein des entreprises. Celles-ci ont tout intérêt à se saisir d'emblée du sujet, d'autant qu'il peut se révéler être un facteur de performance de l'entreprise.

Transition écologique : levier de performance de l'entreprise

Dans un contexte de mobilisation croissante de la société civile vis-à-vis de l'urgence climatique, la seule recherche du profit ne suffit plus à assurer la performance de l'entreprise. Cela ne correspond plus aux attentes, aux aspirations des parties prenantes, investisseurs, clients, collaborateurs… et particulièrement à celles des jeunes générations en quête de sens au travail. Ils souhaitent se reconnaître dans le projet de l'entreprise à long terme et interrogent l'entreprise sur sa raison d'être sociale et environnementale.

Une association d'étudiants et de jeunes diplômés propose une démarche précise et originale pour " trouver un emploi qui n'accélère pas la crise environnementale ". Il s'agit d'une méthodologie de recherche d'emploi détaillant les questions à se poser et à poser sur l'entreprise avant de postuler, ce sur la base d'indicateurs RSE et particulièrement environnementaux.

Pour attirer et fidéliser les talents, maintenir sa marque employeur, sa réputation tout en restant compétitive, l'entreprise doit s'adapter et développer sa redevabilité. Les postures déclaratives de l'entreprise ne suffisent plus et les écarts font l'objet de " greenwashing " avec les risques associés en termes d'image.

La prise en compte des paramètres environnementaux, sociaux doit être intégrée à la stratégie business de l'entreprise. Chaque projet/produit doit être pensé et construit de manière durable en tenant compte de marqueurs et indicateurs environnementaux. A cet effet, la norme internationale ISO/TR14062 précise la démarche de l'ÉCO Conception.

On dit souvent que la protection de l'environnement se fait au détriment de la rentabilité de l'entreprise. Une étude Franco-Québécoise met en évidence le contraire. Sur la base d'une enquête auprès d'entreprises, l'écoconception a, pour 96 % des répondants, un effet neutre ou positif sur les profits de l'entreprise. La marge bénéficiaire des produits éco conçus se situe en moyenne à 12 % au-dessus de celle des produits conventionnels. Enfin pour une grande majorité des répondants, l'écoconception génère des retombées positives autres que financières telles la reconnaissance extérieure formelle, l'amélioration de la fonctionnalité des produits…

Fort de ce constat, les DRH ont tout intérêt à se saisir de cette opportunité. Il s'agit d'entraîner toutes les forces vives de l'entreprise, de la direction à l'ensemble des collaborateurs, dans une évolution en faveur de l'environnement. Ils doivent être les moteurs de cette transition écologique, et peuvent pour cela compter sur de nombreux outils.


Partager

Pour ne rien manquer

inscrivez-vous à notre newsletter

Cochez cette case si vous acceptez de recevoir notre newsletter. Afin d'en savoir plus sur l'utilisation de vos données personnelles, rendez-vous sur notre politique de confidentialité de protection des données personnelles. Dans le cas où vous voudriez vous désinscrire de votre newsletter, cliquez sur le lien se trouvant en bas de celle-ci afin de nous notifier de votre décision.

Testez le site web svp.com et gagnez des chèques cadeaux !

Participez à nos tests utilisateurs et aidez-nous à améliorer la navigation et les services svp.com. Vous recevrez des chèques cadeaux en remerciement de votre participation. Durée du test : 30mn. Inscrivez-vous dès maintenant !

Je participe