Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Actualité - Le cours du pétrole reste sous pression

    10 mars 2009

    Le prix du baril oscille autour des 40 dollars depuis la mi-décembre en raison d'une forte baisse de la demande dans le contexte de récession. Le prix est toutefois soutenu par les anticipations d'une nouvelle réduction de la production de l'OPEP.

    En février, les cours ont oscillé entre 41 et 47 dollars.

    Les cours du pétrole restent sous pression, en raison des incertitudes sur les perspectives tant de la production que de la consommation. Du côté de l'offre, pour soutenir les cours, l'OPEP pourrait décider, lors de sa prochaine réunion du 15 mars prochain, une nouvelle baisse de ses quotas.

    Forte baisse de la consommation aux Etats-Unis et au Japon

    L'économie américaine, représentant près d'un quart de la consommation mondiale de pétrole, est en plein tourment. La confiance des consommateurs y est lourdement affectée par les derniers chiffres du chômage avec 667 000 nouveaux inscrits en février. Ainsi en dépit d'un hiver particulièrement froid, la consommation américaine de fuel domestique a chuté de 5,4% en 2008 par rapport à 2007.

    Selon les autorités US, la demande de pétrole, pourrait chuter de 2,4% par rapport à 2008 dans l'hypothèse d'une baisse équivalente du PIB.

    Au Japon, la forte baisse d'activité (chute de -12,7% du PIB au quatrième trimestre 2008) a entraîné un fort repli des importations de brut en janvier (-19% par rapport à l'an passé).

    Augmentation de la production en Irak

    L'agence américaine pour l'énergie prévoit que la surcapacité de l'OPEP atteindrait 4,3 millions de barils/jour en 2009, voire 5 millions b/j en 2010 contre de 1 à 2 millions b/j au cours des 5 dernières années.

    Cependant, par rapport à cette situation de baisse de la demande, certains pays vont à contre-courant pour financer leur économie nationale. Ainsi, l'Irak cherche à augmenter sa production de pétrole et les revenus (90% des ressources de l'Etat) qui en découlent, pour financer la reconstruction du pays. La chute des cours pétroliers a conduit Bagdad à réduire de 40% ses projets de reconstruction, indispensables pour consolider la situation économique et sociale.

    Baisse de la consommation en France

    En France, selon les premières données provisoires pour l'année 2008, le marché des carburants routiers s'est inscrit en baisse de 2,1% par rapport à 2007. En 2008, symptôme du ralentissement économique, malgré une baisse de 12% du prix moyen des carburants, le trafic autoroutier a diminué (-1,4% par rapport à 2007) pour la première fois depuis 1980. En janvier dernier, les livraisons des raffineurs sont en recul de 5,2% pour le gazole et 9,1% pour les supercarburants. En revanche, les records de froid ont dopé les livraisons de fuel, 20% par rapport à l'hiver précédent.

    Cette lettre est réalisée par : Pierre-louis Passalacqua, Jean-luc Zeiler