Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Chute de 54% du cours du pétrole depuis août 2014

    08 septembre 2015

    Le recul du prix du pétrole s'est confirmé en août 2015 en accusant une baisse du cours de 18% sur le mois. La cotation du Brent a atteint le niveau record de 42 dollars, le 28 août à Londres. Selon le Ministère du Développement durable, la moyenne mensuelle s'établit à 46,52 dollars le baril contre 56,56 dollars le mois précédent. Sur un an, la chute est de 54%; compte tenu de l'appréciation du dollar par rapport à l'euro, le repli est de 45% pour le prix du baril importé dans la zone euro.

    La révolution américaine du pétrole de schiste

    Jusqu'en 2014, les cours élevés du brut, au-dessus de 100 dollars/baril, ont favorisé l'exploitation plus coûteuse des gisements non conventionnels (pétrole issu de schistes) essentiellement aux Etats-Unis. L'économie américaine a pu gagner une certaine indépendance vis à vis des pays du Moyen-Orient. Désormais, le premier consommateur de pétrole est au premier rang mondial des producteurs de brut devant la Russie et l'Arabie Saoudite. Depuis 2013, l'augmentation de la production américaine représente 2,7 millions de barils/jour, soit près de 60% de l'augmentation mondiale de brut (+4,6 mb/j).

    Abandon des quotas stabilisateurs de l'OPEP

    Malgré la baisse des cours, l'Organisation des pays producteurs de pétrole a convenu de laisser le marché réguler les cours sans intervenir par le jeu des quotas de production. Sous l'impulsion de l'Arabie Saoudite, l'assemblée de l'OPEP de juin dernier a préféré miser sur la conservation de ses parts de marché plutôt que sur les prix. Pour le moment, les producteurs du Moyen Orient disposent de réserves suffisantes pour faire face aux baisses des recettes publiques.

    Prévisions : 64 dollars le baril dans un an?

    Face à l'offre abondante moins chère, la demande progresserait de 1,5% en 2015 contre +1,1% en 2014, selon l'OPEP. En ce qui concerne l'évolution des prix du pétrole, les intervenants sur le marché restent partagés. A l'horizon d'un an, la fourchette des prévisions s'établit entre 46 et 85 dollars/baril de Brent, illustrant les incertitudes relatives à la croissance mondiale et en particulier de la Chine (deuxième importateur de brut). La moyenne des hypothèses de prix s'établit à 64 dollars, bien en dessous de la moyenne annuelle des cours observés entre 2011 et 2014 (111 dollars).

    Baisse du prix du gazole à la pompe

    En France, la baisse du cours du pétrole importé a favorisé la diminution du prix TTC du gazole de 4,7% sur le mois; le poids des taxes, près de 60% du prix à la pompe atténue l'impact de la baisse du prix brut pour l'automobiliste. Sur un an, la baisse est de 14% TTC, ce qui représenterait, selon les pétroliers français, une économie de 250 euros pour une utilisation moyenne (15 000 km/an). Quant au super E10, le prix recule de 4% sur le mois (-9% sur un an).