Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Coronavirus : dispositif d'arrêt de travail pour les personnes à risques

    25 mars 2020

    Face à la pandémie COVID 19, SVP vous propose de revenir sur le dispositif d'arrêt de travail pour les personnes "à risques". Qui sont les personnes à risques ? Quels sont les dispositifs existants actuellement ?

    Qui sont les personnes dîtes " à risques " ?

    Conformément à un avis rendu par le Haut Conseil de la santé publique, les personnes jugées à risques sont les suivantes :

    • les femmes enceintes,
    • les personnes atteintes de maladies respiratoires chroniques (asthme, bronchite chronique…) ;
    • les personnes atteintes d'insuffisances respiratoires chroniques ;
    • les personnes atteintes de mucoviscidose ;
    • les personnes atteintes d'insuffisances cardiaques (toutes causes) ;
    • les personnes atteintes de maladies des coronaires ;
    • les personnes avec antécédents d'accident vasculaire cérébral ;
    • les personnes souffrant d'hypertension artérielle ;
    • les personnes atteintes d'insuffisance rénale chronique dialysée ;
    • les personnes atteintes de Diabète de type 1 insulinodépendant et de diabète de type 2 ;
    • les personnes avec une :
      • personnes atteintes de pathologies cancéreuses et hématologiques, ou ayant subi une transplantation d'organe et de cellules souches hématopoïétiques,
      • personnes atteintes de maladies inflammatoires et/ou auto-immunes recevant un traitement immunosuppresseur
      • personnes infectées par le VIH ;
    • les personnes atteintes de maladie hépatique chronique avec cirrhose ;
    • les personnes présentant une obésité avec un indice de masse corporelle (IMC) égal ou supérieur à 40

    Bénéficient-elles d'un dispositif d'arrêt de travail à l'instar des personnes placées en confinement ? Si oui, selon quelles modalités pratiques ?

    Depuis le 18 mars 2020, le téléservice de déclaration en ligne a été étendu aux assurées enceintes dans leur 3e trimestre de grossesse et aux assurés pris en charge au titre d'une affection de longue durée (ALD) au titre des pathologies listées par le Haut Conseil de la Santé Publique (voir question précédente). Si aucune solution de télétravail n'est envisageable, elles peuvent désormais se connecter directement, sans passer par leur employeur ni par leur médecin traitant, sur le site declare.ameli.fr pour demander à être mises en arrêt de travail pour une durée initiale de 21 jours. Cet accès direct permet de ne pas mobiliser les médecins de ville pour la délivrance de ces arrêts.

    Cet arrêt pourra être déclaré rétroactivement à la date du vendredi 13 mars.

    Attention, contrairement à ce qui avait semblé être présenté en premier lieu, toutes les personnes à risque ne peuvent pas bénéficier de ce service. Seuls les assurés pris en charge au titre d'une ALD et les femmes enceintes sont visées. Pour les autres, c'est-à-dire pour les assurés rentrant dans la liste des personnes à risques mais non prise en charge par l'assurance maladie au titre d'une ALD, ils devront se rapprocher de leur médecin traitant ou d'un médecin de ville pour évaluer si leur état nécessite un arrêt de travail.

    Cette lettre est réalisée par : Véronique Baroggi
    , Le Huérou Cédric

    Les articles des experts SVP sur le même thème :