Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Cours du pétrole : 41% de hausse en 2011

    06 janvier 2012

    En dépit du ralentissement économique mondial, jamais le pétrole brut n'a couté aussi cher. Le prix moyen du baril de Brent s'établit à 112 dollars en 2011 contre 79 dollars en 2010. En 2008, l'année des records (près de 150 dollars le baril en juillet), le brut s'était négocié en moyenne à 97 dollars le baril.
    L'année dernière, les consommateurs et les entreprises ont payé le gazole à la pompe 1,34 euro le litre (moyenne nationale) contre 1,15 euro en 2010, soit 16,5% de hausse.

    Retournement économique

    L'année 2011 avait débuté sous le signe de la reprise économique. Malheureusement, les tensions politiques dans les pays arabes et la catastrophe de Fukushima en mars mettaient fin à l'euphorie. Au début du mois d'avril, le cours du brut de qualité Brent atteignait son niveau record depuis 2008 avec 126 dollars le baril. Les craintes quant à la production de brut au Moyen Orient maintenaient les cours autour de 120 dollars jusqu'en mai. Dès l'été, les perspectives économiques étaient remises en cause par la fin des mesures américaines de relance mais surtout par la forte aggravation des dettes publiques en Grèce et dans d'autres pays européens.

    Cours plancher : 90 dollars

    Dès le 9 mai, le cours du brut décrochait pour s'établir autour des 110 dollars le baril pour ne plus s'en éloigner alors que les autres matières premières poursuivaient la baisse de leur cours. En effet, la demande croissante d'énergie des pays émergents, à l'instar de la Chine et de l'Inde, donne le rythme au marché en dépit de la stagnation voire de la baisse de consommation des pays développés. Du côté de l'offre, les prix sont portés vers le haut par le besoin structurel de financer les investissements de plus en plus onéreux d'une part et d'autre part, celui conjoncturel de financer les mesures politiques afin de calmer les révoltes dans les pays arabes. L'Arabie saoudite revendique un cours plancher de 90 dollars pour une stabilité de ses exportations.

    L'OPEP bloque sa production

    Le 14 décembre dernier, les 12 pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole ont officiellement décidé de maintenir leur production au niveau actuel. L'OPEP a souligné ses "inquiétudes persistantes sur l'état de l'économie mondiale". Dans ce contexte de grande incertitude, le cartel a voulu montrer son unité en suivant ses membres les plus durs, l'Iran et le Venezuela. Ces derniers souhaitent maintenir les quotas contrairement à l'Arabie Saoudite. Ce plafond de production inclut désormais la production de brut de l'Irak. Les puits du cartel extraient 35% du brut dans le monde. Sa production a atteint en novembre son plus haut niveau depuis 2008.

    Une question ? Les experts SVP vous répondent

    Suivez les évolutions des indices et des taux impactant votre activité

    Cette lettre est réalisée par : Géraldine Sourdot, Pierre-louis Passalacqua, Jean-luc Zeiler