Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    Bisphénol A, B ou S. Quelles substances chimiques choisir ?

    29 November 2019

    Des travaux d'experts de l'ANSES publiés dans la revue Environmental Health Perspectives dressent les résultats de l'évaluation des propriétés de perturbations endocriniennes du bisphénol B, similaires au bisphénol A.

    Substitution du bisphénol A par d'autres bisphénols, est-ce une bonne idée ?

    Le Bisphénol A (BPA) est un composé chimique, de la famille des aromatiques, utilisé principalement dans la fabrication de nombreux polymères plastiques. De nombreuses études ont révélé des propriétés dangereuses de cette substance sur l'animal. Dès 2010, l'ANSES recommandait sa substitution dans les matériaux au contact alimentaire. La loi n°2010-729 du 30 juin 2010 tendant à suspendre la commercialisation de biberons produits à base de bisphénol A, interdit la fabrication, l'importation, l'exportation et la mise sur le marché des biberons produits à base de bisphénol A. En 2011, l'Union Européenne emboite le pas via la directive 2011/8/UE du 28 janvier 2011 modifiant la directive 2002/72/CE qui interdit également l'usage du bisphénol A dans les biberons.

    En 2012, la loi n° 2012-1442 modifie la loi n°2010-729 et étend l'interdiction du bisphénol A à tous récipients destiné à entrer en contact direct avec des denrées alimentaires pour les nourrissons et enfants en bas âge. Enfin, depuis 2015, ce sont tous les récipients destinés à contenir des denrées alimentaires qui sont concernés.

    En 2014, sur proposition de la France et basé sur les études publiées par l'ANSES, le bisphénol A a été classé cancérigène, mutagène et toxique pour la reproduction de catégorie 1B par le Comité d'évaluation des risques (RAC) de l'Agence européenne des substances chimiques (ECHA). Elle a également soumis une restriction d'usage du BPA dans les papiers thermiques validé par le Règlement (UE) 2016/2235 de la commission du 12 décembre 2016 modifiant l'annexe XVII du règlement (CE) n°1907/2006. En effet, à compter du 2 janvier 2020 la mise sur le marché dans le papier thermique à une concentration égale ou supérieure à 0,02 % en poids sera interdite.

    En janvier 2017, l'Union Européenne a ajouté le bisphénol A à la liste des substances extrêmement préoccupantes (Liste SVHC) en tant que perturbateur endocrinien.

    Ces différentes interdictions ont conduit les industriels depuis plusieurs années à substituer le bisphénol A par d'autres composants notamment le bisphénol S et le bisphénol B (BPB). Néanmoins, de nombreuses études sont également parues alertant sur la dangerosité de ces substances par leurs propriétés œstrogéniques, pour les consommateurs. A titre d'exemple, en octobre 2019, l'ANSES alertait sur les possibles propriétés endocriniennes du bisphénol B très similaires à celle du bisphénol A. Le consommateur s'interroge donc aujourd'hui sur l'innocuité de l'ensemble de la famille du bisphénol. La France souhaite donc identifier le BPB comme perturbateur endocrinien et donc comme substance SVHC, pour mieux protéger le consommateur. En effet, si le producteur d'article dépasse le seuil de 0.1%, il se verra dans l'obligation de déclarer sa présence conformément à l'article 33 du règlement REACH.

    Cette lettre est réalisée par : William Kennedy, Sarah Drif

    Les articles des experts SVP sur le même thème :