Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    Diagnostic financier, méthodes et exemples

    15 April 2021

    Le diagnostic financier fait état des flux économiques de l'entreprise. Son objectif consiste à déterminer sa santé financière pour mieux optimiser sa gestion. Le diagnostic concerne donc autant les domaines de la finance que ceux de l'exploitation ou de la stratégie de développement. Voici les méthodes pour réaliser cet exercice et quelques exemples d'indicateurs à suivre.

    Quand et pour qui réaliser un diagnostic financier ?

    Le recours au diagnostic financier peut survenir à tout moment afin d'avoir un instantané de la santé de son entreprise et garantir le bon fonctionnement de son activité. L'analyse peut également être lancée lorsque la société rencontre des difficultés ou dans le cadre d'une opération de rachat d'entreprise pour évaluer sa solvabilité et ses perspectives de croissance. Le diagnostic financier est même obligatoire dans une situation de redressement judiciaire ou de liquidation.

    L'exercice ne doit pas se contenter des chiffres mais élargir l'observation à un maximum de paramètres pour comprendre la situation économique de l'entreprise. Le diagnostic financier sert d'ailleurs à de nombreuses personnes dans ou autour de l'entreprise :

    • les actionnaires intéressés par les dividendes ;
    • les financeurs qui regardent la capacité de remboursement ;
    • les dirigeants ayant besoin d'un outil d'aide à la décision ;
    • les salariés impliqués dans les décisions stratégiques.

    Un diagnostic financier : pour quels motifs ?

    Les raisons de procéder à une telle analyse sont multiples :

    • évaluer la rentabilité et la solvabilité de l'entreprise (analyse fonctionnelle du bilan, compte de résultat) ;
    • repérer les axes d'amélioration (analyse des performances, identifier les frictions dans les process) ;
    • définir les perspectives de développement (établir des prévisions, anticiper les risques à venir) ;
    • échanger avec les banques et investisseurs (adapter son discours selon l'interlocuteur, négocier plus facilement).

    Ces motifs impliquent de regarder la situation de l'entreprise avant de lancer le diagnostic financier en s'interrogeant notamment sur son environnement économique :

    • l'offre de l'entreprise et le benchmark ;
    • l'identification des partenaires, ressources stratégiques et activités clés ;
    • les liens avec les clients ;
    • les chiffres financiers.

    Diagnostiqueur financier : les étapes à suivre

    L'expert-comptable ou le consultant doit réunir un socle d'informations pertinentes pour ensuite mener un examen chronologique :

    1. de la courbe de croissance des cinq dernières années ;
    2. de la performance de l'entreprise (marges, profitabilité) ;
    3. des flux de trésorerie ;
    4. des structures financières en place, en particulier les actifs incorporels ;
    5. de l'ensemble des informations pour cerner la santé financière de l'entreprise et ses axes d'amélioration dans sa gestion.

    Parmi ces examens, plusieurs ratios financiers interviennent comme :

    • les ratios de levier financier pour analyser sa solvabilité à long terme ;
    • les ratios de rentabilité pour comparer sa fiabilité par rapport à la concurrence ;
    • les ratios de liquidités pour mesurer le Fonds de Roulement et anticiper le Besoin en Fonds de Roulements (BFR).

    La synthèse doit identifier les risques encourus par l'entreprise à court ou à long terme sachant que la couverture des risques via des garanties doit éviter le risque de défaillance. D'ailleurs, le diagnostiqueur financier propose en conclusion des mesures à prendre pour optimiser la gestion de l'entreprise.

    Cette lettre est réalisée par : La Rédaction
    , Régis AdonaÏ

    Les articles des experts SVP sur le même thème :