Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    Énergie : flambée des prix du gaz et de l'électricité

    05 October 2021

    Les prix du gaz et de l'électricité ne cessent de progresser sur les marchés. La reprise économique, la hausse des prix des quotas de CO2 et les stockages prévisionnels contribuent fortement à la hausse des prix du gaz et de l'électricité. Ces hausses continues vont alourdir la facture énergétique des entreprises. Quant aux particuliers, les hausses tarifaires ne seront visibles qu'à partir de l'année prochaine, notamment dans le cadre de la révision des prix réglementés, et à priori de l'ordre de +12% d'après la ministre de la transition écologique.

    Gaz : la reprise économique fait bondir les prix de marché

    Après une période de baisse des prix en raison de la pandémie de la Covid-19 sur le marché français, les prix du gaz à destination des entreprises sont repartis à la hausse. Comme en témoigne les indices de prix de production de l'industrie française pour le marché français publiés par l'INSEE, le prix de production du gaz vendu aux entreprises consommatrices finales a augmenté de près de +40% sur les 12 derniers mois en août 2021.

    Rappelons que les tarifs réglementés de vente du gaz représentent seulement un fragment du marché du gaz naturel sur le marché français (7,5% de la consommation nationale de gaz) puisque les entreprises, les collectivités territoriales et près de trois quarts des consommateurs résidentiels ont des offres de marché souvent à prix fixe pour une durée déterminée, et ne sont donc pas directement concernés par les tarifs réglementés comme le souligne la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

    Gaz

    Cette inflation des prix trouve sa source sur les marchés. En effet, les cotations du gaz sont à des niveaux élevés pour tous les pays européens, et cela en raison de plusieurs facteurs. Premièrement, la forte demande de gaz naturel à l'approche de l'hiver, conjuguée à des faibles stocks de matières premières, impacte positivement les prix du gaz. Deuxièmement, les principaux fournisseurs de gaz (Russie, Algérie, Norvège) ne sont pas en mesure d'augmenter leurs exportations pour répondre à la demande comme le souligne la CRE dans sa communication du 27 septembre 2021. En effet, comme le rappelle l'autorité indépendante, " la France important 99% du gaz naturel qu'elle consomme, les variations des coûts d'approvisionnement reflètent les prix du gaz sur les marchés européens et mondiaux et ce sont les producteurs de gaz internationaux (Russie, Norvège, Algérie, Qatar, etc…) qui bénéficient de ces hausses ". Enfin, la reprise économique a, hélas, un impact négatif pour les consommateurs sur les prix de l'énergie, augmentant ainsi la demande de gaz sans contrepartie supplémentaire d'offre sur les marchés.

    Ces fortes fluctuations des prix du gaz entraînent des répercussions sur le prix d'autres matières premières, et principalement les prix de l'électricité.

    Électricité : forte hausse des prix sur fond de politique européenne environnementale

    Les prix de l'électricité connaissent le même essor que les prix du gaz où les répercussions commencent déjà à être visible. Le mégawattheure s'échangeait à près de 110 euros au 17 septembre 2021 contre une trentaine d'euros lors de la crise sanitaire liée à la Covid-19.

    Electricité

    La source de cette hausse des prix provient directement des fluctuations des prix du gaz dans le cadre du marché unique européen de l'électricité et c'est bien cela le nœud du problème. En effet, le prix du mégawattheure est établi en prenant en compte le coût de production de l'électricité par la dernière centrale thermique appelée en cas de pic d'activité.

    Cette situation résultant du mécanisme européen des prix de l'énergie a été fortement contesté par le ministre de l'Économie. Comme l'a souligné Bruno Le Maire, dans une intervention télévisée sur Public Sénat, la France s'approvisionne en électricité à partir des centrales nucléaires et de l'énergie hydraulique. Et d'ajouter que, la France dispose d'une " énergie décarbonée et un coût très bas " alors que le marché, dans son fonctionnement actuel, effectue un alignement des prix de l'électricité en France et en Europe sur les prix du gaz.

    En outre, l'augmentation du prix des quotas de CO2 impacte sur les prix de l'électricité. Alors que la France dispose d'une électricité provenant à 70% de centrales nucléaires, le prix de l'électricité dans les autres pays dépend de celui de la tonne de CO2. A titre d'exemple, d'après Opéra Energie, le prix du CO2 se situait entre 63 à 64 euros la tonne en septembre 2021, contre 7 euros à la fin 2017. Cette hausse des prix des quotas de CO2 trouve sa source dans le durcissement de la politique climatique européenne dans le cadre du paquet "Fit for 55". Ce paquet législatif a pour objectif principal de réduire les émissions moyennes de gaz à effet de serre d'au moins 55 % au cours de la prochaine décennie et de lancer le chantier crucial de la fin de la dépendance économique de l'Union européenne vis-à-vis des combustibles fossiles, avec le pétrole et le gaz en ligne de mire.

    Quid de l'inflation ?

    Les prix de l'énergie impactent fortement les indices de prix à la consommation en France comme en Europe. D'après les estimations provisoires de l'INSEE, l'inflation attendue pour le mois de septembre 2021 serait de l'ordre de +2,1% sur un an, contre +1,9% pour le mois d'août. Cette hausse de l'inflation résulterait d'une accélération des prix des services et de ceux de l'énergie.

    D'après nos estimations, l'inflation serait de l'ordre de +1,6% en moyenne annuelle pour cette année, soit une forte hausse en comparaison des deux dernières années.

    Tendances et prévision inflation - septembre 2021

    Cette lettre est réalisée par : Kader Berachoua
    , Stéphane Chen
    , Pierre-louis Passalacqua

    Les articles des experts SVP sur le même thème :