Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    Expatriation en Italie : les charges sociales à verser

    13 July 2012
    Le salarié expatrié en Italie va bénéficier du système de sécurité sociale italien et sa rémunération sera soumise aux charges sociales italiennes. Ces contributions sociales varient en fonction notamment de la taille de la société, du secteur d'activité et de la qualification du salarié.

    Le système de protection sociale

    La protection sociale italienne couvre les risques concernant la maladie, la maternité, la vieillesse, le décès, le chômage, les accidents du travail et les maladies professionnelles ainsi que les prestations familiales.

    Le régime local distingue d'une part les charges concernant l'assurance invalidité, vieillesse et survivants qui sont payées par l'employeur et par le salarié ; d'autre part les charges dites « mineures » regroupant l'assurance maladie, maternité, chômage et allocations familiales qui sont en général supportées seules par l'employeur.

    Le système de sécurité sociale italien est compliqué et les charges sociales diffèrent selon le secteur d'activité, la taille de l'entreprise et la qualification professionnelle de chaque salarié.

    Ainsi, en fonction des critères cités, la part salariale se situe entre 8,9% et 9,19% et la part patronale entre 38,29% et 42,97%.

    Recouvrement des cotisations sociales

    L'Istituto Nationale della Previdenza Sociale (I.N.P.S.) est l'organisme compétent dans chaque région où est exécuté le travail pour recouvrer les cotisations ciblant l'invalidité, vieillesse, décès, le chômage et les prestations familiales.

    L'Istituto Nationale per l'Assicurazione contro gli Infortuni sul Lavoro (I.N.A.I.L.) se charge du recouvrement des cotisations et du versement des prestations de l'assurance accidents du travail et maladies professionnelles.

    Cette lettre est réalisée par : Laure Istria, Robert Giovannelli, Say-yiek Chhe