Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Fermeté des cours pétroliers en avril

    14 mai 2014

    En avril 2014, pour le quatrième mois consécutif, les tensions entre la Russie et les pays occidentaux à propos de l'Ukraine ont contribué à maintenir les cours du brut autour de 108 dollars le baril de Brent. Du côté de la demande, les perspectives d'évolution restent incertaines.

    Hausse de tensions à l'Est

    Fin avril, la recrudescence des combats à l'est de l'Ukraine laisse craindre un scénario de guerre civile, malgré les tentatives de dialogue des diplomates européens et américains. Ces tensions agissent sur le prix du brut. Cette situation risque de perturber les exportations russes de brut, mais aussi d'impacter les entreprises européennes. Environ 30% des importations de gaz et de pétrole européennes proviennent de Russie.

    Incertitudes chinoises

    Le cours du pétrole, fragilisé par une croissance chinoise peu dynamique, devrait rester stable, en dépit de la recrudescence des violences dans l'Est ukrainien. En effet, l'annonce d'une nouvelle contraction de la production industrielle en Chine, pour le quatrième mois consécutif, a neutralisé les facteurs de hausse de cours provoqués par la crise ukrainienne. Cette relative apathie traduit les inquiétudes liées au ralentissement de la deuxième économie mondiale et du deuxième consommateur de pétrole, après les Etats-Unis.

    Réserves record aux USA

    Aux Etats-Unis, le niveau relativement élevé des réserves de brut et d'hydrocarbures en raison de l'exploitation de pétrole issu de schistes pourrait accentuer la tendance baissière des cours. Les réserves américaines ont, fin avril, atteint leur plus haut niveau depuis 1931.