Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    Fintecture, simplifier le paiement en ligne

    25 June 2021

    Créée en janvier 2018, la société Fintecture développe une API (application programming interface) qui met en relation directement les entreprises et les banques dans le cadre de transactions électroniques. Son but avoué : accélérer, simplifier et surtout réduire les coûts des transactions en ligne, en s'exonérant des contraintes de la carte bancaire.

    La nécessaire sécurisation rend plus complexe les paiements par carte

    L'internaute est volage, tous les e-commerçants vous le diront. Si l'achat en ligne est complexe, long ou simplement fastidieux, le visiteur ne finalisera pas sa transaction et préfèrera aller voir si ailleurs l'herbe est plus verte… Depuis la mise en place, le 1er janvier 2021, de la deuxième directive sur les services de paiements en ligne dite DSP2, l'authentification est obligatoire pour toutes les transactions bancaires alors qu'elles n'étaient que recommandées auparavant. Certainement très positif du point de vue de la sécurité de ces transactions, ces nouvelles procédures ajoutent toutefois des étapes qui peuvent être considérées comme des contraintes. Ainsi, la demande d'un mot de passe personnel sous-entend parfois de le retrouver dans sa mémoire ou l'authentification biométrique peut être perçue comme très intrusive. Il y aurait entre 10 et 20% des transactions en ligne qui seraient rejetées actuellement, soit du fait de l'acheteur, soit de la banque.

    Mais la DSP2, au travers de l'" open banking ", ouvre également des possibilités de normalisation des services de paiement, en obligeant les banques à rendre accessibles les données de leurs clients via des API, sous réserve de leur consentement, à des entreprises tierces libéralisant des transactions et Fintecture l'a bien compris.

    Fintecture veut supprimer des intermédiaires

    Fintecture a une idée simple, remplacer le paiement par carte bancaire, synonyme de frais importants, de risques de fraudes et de plafonds de cartes bancaires, par un virement opéré par la banque du client vers la banque du commerçant ou de l'entreprise qui propose son catalogue en ligne. Les données sensibles ne transitent donc plus vers un tiers opérateur, l'internaute peut, si le site dispose de l'API mise en place au sein de la plateforme de Fintecture, ainsi payer instantanément depuis son compte bancaire. Le commerçant reçoit une confirmation immédiate et le paiement est irrévocable.

    La plateforme permet ainsi aux sites marchands d'accroitre le taux de conversion. Elle estime pouvoir augmenter de 15% le volume d'affaires, sans dégradation de la sécurité des paiements, et améliorer, ainsi, la trésorerie en accélérant la disponibilité des fonds, en n'oubliant pas de réduire les frais de transaction de 40%, selon Fintecture. Même si elle ne l'évoque jamais, il est probable que les grands opérateurs de carte bancaire n'apprécieront pas forcément cette nouvelle option de paiement.

    L'écosystème des fintechs en France est optimiste

    Une Fintech est une entreprise, souvent une startup, qui développe une solution ou une technologie disruptive en rapport avec le secteur financier. L'association France FinTech regroupe les startups mais aussi les autres acteurs de cet écosystème (banques, fonds d'investissement, avocats, cabinets de conseil…). Dans son " Panorama des fintech françaises ", publié en janvier 2020, plus de 600 entreprises proposant des services innovants à destination des services bancaires, assurantiels, du risque et de la fraude et de la gestion d'actifs étaient recensés. Et, dans son bilan mensuel de mai 2021, l'association déclare, pour les seuls cinq premiers mois de 2021, un montant global des levées de fonds pour le secteur de 1 026,8 M€, en augmentation de 124% par rapport à l'année 2020.

    Autre élément prouvant la très belle santé du secteur, huit fintechs françaises sont classées dans le " Top 100 next unicorns " (Top 100 des futures licornes européennes), à savoir Alan, Ledger, Luko, Lydia, Payfit, Qonto, Shift Technology et Swile. Ces entreprises pourraient donc atteindre une valorisation supérieure ou égale à un milliard de dollars prochainement.

    Projets de développement en Europe

    Fintecture dispose déjà d'un agrément d'établissement de paiement dans les 30 pays de l'Espace économique européen, ce qui lui permet de créer des liens directs entre banques et commerçants en ligne. Elle déclare être d'ores et déjà présente auprès de 500 marchands en ligne et vise très simplement de multiplier par 20 ce nombre en 2 ans. Elle vient d'annoncer, afin d'atteindre ces objectifs ambitieux, une levée de fonds de 7,5 millions de dollars mené par Target Global, aux côtés de la Société Générale et Samaipata, auxquels se sont associés quelques financiers individuels issus de la finance, opérateurs ou créateurs de structures incontournables de la finance tels que American Express, Facebook Payments, Google et PayPal, notamment.

    Grâce à ce financement important, Fintecture souhaite développer ou améliorer ses services, dont le paiement différé, et augmenter sa présence en Europe. Afin de concrétiser tous ces projets, elle devrait doubler son effectif pour compter 60 collaborateurs d'ici la fin de l'année 2021.

    Cette lettre est réalisée par : Denis Kientz
    , Pierre-louis Passalacqua
    , Stéphane Chen

    Les articles des experts SVP sur le même thème :