Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Gérer le télétravail : quand les habitudes des indépendants peuvent nous inspirer

    24 mars 2020

    Alors qu'en France, seuls 17 % des salariés sont habituellement en télétravail permanent, le confinement national annoncé le 16 mars par le gouvernement est venu changer cette situation. Désormais la quasi-totalité des salariés travaillent à partir de leur domicile. Même si les grèves de cet hiver ont déjà permis aux entreprises et à leurs employés d'accélérer la mise en place du télétravail, il peut être aussi intéressant de regarder de plus près les best-practices des indépendants, ces " habitués " du travail à domicile.

    Se préparer et se créer une routine

    Pour apprécier le télétravail ou tout du moins s'adapter à la situation actuelle, il est indispensable de bien se préparer afin d'éviter toute démotivation ou tout éloignement social. Effectivement, comme les témoignages des indépendants le montrent – au travers des blogs et des forums – ces risques sont réels, d'autant plus quand le télétravail est subi et inhabituel.

    Premier point : se créer une allure de bureau à la maison, un véritable " home office ". L'objectif est de mettre en place un espace professionnel pour entrer dans le " mood " du travail : si cela est possible, avoir un lieu dédié, avec un véritable plan de travail, penser aux bonnes postures que ce soit pour le dos (trouver une bonne assise, à la bonne hauteur, avoir de l'espace pour ses jambes), pour les mains (être attentif là aussi à la hauteur de son bureau, au positionnement du clavier) ou pour ses yeux ( bien positionner son écran, penser aux source de lumière….)

    Deuxième point : Le travail sur l'ambiance de travail va aussi passer par son " allure " personnelle. Par exemple, continuer à s'habiller ou se maquiller pour les femmes, comme pour se rendre dans son entreprise, participe à faire entrer dans la journée. L'idée est bien de conserver les " rites " que tout à chacun peut mettre en place et de conditionner son esprit, qui reçoit les signaux habituels pour commencer la journée. Cette routine permet ainsi de se préparer à mieux se concentrer sur son travail.

    Structurer son temps de travail

    Difficulté forte du travail à domicile : celle de la gestion du temps. L'étude de la DARES publiée fin 2019 le montre : les cadres en télétravail ont tendance à pratiquer des " horaires de travail plus longs et atypiques ". Ils ont, par ailleurs, le sentiment que leur temps de travail est plus " intensif " mais aussi " désynchronisé ".

    Pour lutter contre cette distorsion du temps, mais aussi à l'inverse pour ne pas tomber dans le piège de la procrastination, il peut être utile d'élaborer son emploi du temps, de revoir ses priorités, de se concocter un véritable plan de travail pour la journée. Même si les habitudes ont été bousculées, il est nécessaire de garder en ligne de mire sa " productivité " et le focus sur ses objectifs et d'une certaine façon de s'auto-responsabiliser.

    Mais attention, il est nécessaire aussi de se prévoir des temps de pause, indispensables pour maintenir rythme, motivation et productivité : quitter son écran quelques minutes, se faire un thé ou un café, échanger avec quelqu'un, marcher un peu dans son appartement, quand cela est possible. L'idée est d'alterner moments de concentration " deep work " avec ces moments de pause. Pourquoi alors ne pas s'inspirer de la technique Pomodoro, mise en place dans les années 80 par un étudiant italien. Grâce un minuteur (en forme de tomate – pomodoro en italien - à l'époque), celui-ci gérait ses activités par tranche de 25 minutes, pendant lesquelles il se concentrait sur une unique tâche. A l'issue de chacune de ces sessions de 25 minutes, il faisait un petit break.

    Cette méthode est d'autant plus précieuse qu'elle permet de ne pas répondre immédiatement à toutes les sollicitations extérieures – comme les nombreux mails – qui perturbent parfois notre concentration.

    Lutter contre l'isolement et maintenir la cohésion de groupe

    Néanmoins, la " sur-communication " - à maîtriser bien entendu – peut dans ce temps de confinement avoir du bon. En effet, une des difficultés rencontrées en télétravail est l' " isolement ", et faire face à la solitude n'est pas toujours évident.

    Pour y remédier, il peut être utile, là aussi, de créer de nouveaux rituels quotidiens : un mail pour dire bonjour, pour transmettre des informations sur le groupe régulièrement, pour demander des nouvelles, voir si un collègue a besoin d'aide sur un sujet. Pourquoi ne pas créer des petits temps de pause virtuel où il est possible de relayer des blagues : pour ce faire, tous les moyens sont bons (mail, skype, whatsapp, hangout …etc), le but étant de garder un lien social fort.

    Enfin, il faut maintenir et nourrir la synergie du groupe : pour cela il est nécessaire de se doter des bons outils (réunion à distance, conférence call, skype, google docs, webconférence…etc.).

    Développer ses compétences

    Enfin, le temps du confinement peut être l'occasion de se former. Les MOOCs sont alors une bonne alternative, d'autant plus que chaque vidéo ou module du parcours de formation est souvent court et ne dure que quelques minutes. Pourquoi ne pas prévoir alors dans son planning de la journée un temps d'auto-formation. Ce temps peut parfaitement s'inscrire dans une plage de 25 minutes de la méthode Pomodoro par exemple. La plateforme FUN – France Université Numérique – a justement annoncé il y a quelques jours qu'elle ouvrait ses archives au plus grand nombre.

    Si le confinement peut être pénible socialement et professionnellement, le télétravail permet une certaine continuité, encore faut-il s'y préparer et bien le gérer au quotidien en temps de crise. Mais la période des grèves l'a montré : les français, qui pratiquaient peu le télétravail, ont été convaincus et pensent qu'ils continueront à le pratiquer – bien sûr pas de façon permanente.

    Mais le télétravail est aussi un défi managérial et les pratiques vont devoir s'adapter aussi à cette période hors du commun.

    Cette lettre est réalisée par : Delphine Guidat
    , William Kennedy
    , Mathieu Faria

    Les articles des experts SVP sur le même thème :