Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Inflation 2015 : nouveau rebond des prix en mars

    16 avril 2015

    Comme en février, les hausses de prix sur l'habillement (nouvelles collections), sur les carburants et sur les services touristiques liés aux vacances d'hiver ont généré une augmentation mensuelle de l'indice des prix à la consommation de 0,7%. L'inflation annuelle reste toutefois négative (déflation) avec -0,1%. L'INSEE estime que l'inflation restera proche de zéro jusqu'en juin prochain.

    Progression saisonnière des prix des biens manufacturés

    La mise en rayon des nouvelles collections de vêtements a entrainé une hausse des prix (+13,5% sur un mois) tout en restant en retrait par rapport aux prix pratiqués un an auparavant. Les prix des autres produits manufacturés, soumis au cycle des soldes, rebondissent eux aussi, mais dans des proportions moindres ; c'est le cas pour l'ameublement, les appareils ménagers et les effets personnels.

    Prix des carburants en hausse depuis 2 mois

    L'augmentation du prix des carburants a aussi contribué au renchérissement du panier de la ménagère. Depuis la mi-janvier, le rebond des cours pétroliers et l'appréciation du dollar vis-à-vis de l'euro ont provoqué une nouvelle hausse des carburants de 3,4% sur le mois suivant celle de février avec +4,7% (baisse de 7,8% sur un an). Quant au gaz, le prix baisse de 3,3% sur le mois (-1,6% sur un an), le tarif de l'électricité restant inchangé (+4,3% sur un an).

    Augmentation des tarifs touristiques

    En mars comme en février, la période des vacances d'hiver est propice aux hausses de tarifs de certains services comme ceux des hébergements de vacances et des voyages organisés. L'INSEE note néanmoins que ces hausses sont compensées par une baisse des billets d'avion.

    Dernière prévisions des banques : +0,4% en fin d'année 2015

    Les économistes de l'INSEE et les banques tablent sur une stabilité des prix à la consommation jusqu'en juin 2015. Au-delà, l'inflation devrait croître à un rythme très modéré pour atteindre entre 0,2% et 0,6% en fin d'année. Cependant, la principale inconnue reste l'évolution du cours du pétrole. Depuis la mi-2014, le prix du baril a été divisé par deux en raison d'un excès d'offre. Les pétroliers pourraient limiter leur offre pour stopper la tendance baissière, hausse qui se répercuterait à l'ensemble des prix.