Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    L'e-learning : une approche devenue " crédible " pour les entreprises européennes

    21 décembre 2011

    Selon une enquête, publiée début décembre, l'année 2012 devrait voir l'usage de l'e-learning s'étendre dans les grandes comme dans les petites entreprises. Pour Crossknowledge et IPSOS Loyalty, les initiateurs de ce baromètre européen, c'est un signe que le marché de l'e-formation est arrivé à maturité. Pourtant, tous les pays n'ont pas les mêmes pratiques, et la France semble toujours accuser un certain retard.

    Généralisation de l'e-learning

    L'enquête a été menée auprès de responsables de formation de 6 pays européens : l'Italie, l'Espagne, les Pays-Bas, la Belgique, la France et le Royaume-Uni. Et c'est d'ailleurs dans ce pays que l'avancée de l'e-learning est la plus importante. En effet, alors que 40% des entreprises britanniques déclarent avoir formé la moitié - ou plus - de leurs salariés via cette modalité, 51% d'entre elles l'utiliseront en 2012 sur cette même population. Ce taux est deux fois plus élevé qu'en France.
    Tous les pays, exceptée l'Italie, devraient d'ailleurs employer l'e-learning de façon plus systématique qu'en France. Et même si les entreprises françaises comme italiennes devraient être plus nombreuses à former leurs salariés à distance, elles le feront, elles, sur de plus petites populations : moins de la moitié de leurs salariés.

    Finalement, ce qui est observé partout en Europe, c'est un intérêt grandissant pour la formation en ligne, de la part notamment des entreprises de service. Les responsables formation semblent avoir testé et confirmé l'avantage que représentait l'e-learning, qui n'est plus désormais réservé aux grandes entreprises. Et les organismes de formation, en développant leur offre sur étagère, ont rendu plus accessibles les modules et contribué à cette généralisation.

    Approche qualitative contre approche quantitative

    Ce qui est aussi frappant, c'est que le Royaume-Uni n'est pas le pays à avoir adopté le plus tôt l'e-learning. Aux Pays-Bas et en Belgique, par exemple, plus de 60% des entreprises l'ont mis en place depuis plus de 3 ans, contre 48% au Royaume-Uni. Apparemment plus pragmatiques, les entreprises britanniques se seraient donc converties plus rapidement à l'e-formation, perçue comme efficace.

    Et c'est peut-être cette approche plus qualitative qui fait la différence avec la France. En effet, alors que les responsables de formation en France ont choisi de suivre les pratiques en e-learning de leur entreprise en évaluant le nombre d'heures de formation et les taux de connexion, leurs homologues anglais préfèrent regarder l'adéquation des contenus aux besoins et le gain de compétences, en diffusant des questionnaires d'autodiagnostics.

    Mais, le retard français, s'il est réel, est aussi à nuancer. Dans un pays où la formation présentielle est fortement ancrée depuis les années 1970, le blended-learning, mélangeant formation à distance et en salle, connait succès grandissant, comme partout en Europe.

    Une question ? Les experts SVP vous répondent !

    Surveillez vos concurrents, votre marché avec les Actualités sectorielles SVP

    Cette lettre est réalisée par : Delphine Guidat Muriel Doyen, Géraldine Sourdot