Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    La gestion des seniors en entreprise : le casse-tête !!!

    05 July 2006


    Quelles sont les vraies raisons du manque d’engouement pour le recrutement des seniors ? Manque de motivation supposée ? Réserve par rapport aux nouvelles technologies ? Prétentions salariales ? Où en sommes-nous ?

    Le paradoxe français
    A l’heure où l’on se préoccupe dans l’hexagone de faire travailler les seniors plus longtemps dans la perspective du déséquilibre entre actifs/inactifs, le regard porté sur les quinquas n’ est pas toujours très clair ! Entre la recherche de la valeur ajoutée des seniors et le coût de leur départ, les entreprises hésitent. Selon l’ANDCP, seules 10 % d’entres elles ont mis en œuvre des dispositifs dédiés aux seniors.

    Chez nos voisins européens
    Si les seniors britanniques continuent de travailler souvent pour compléter une pension de retraite insuffisante, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à embaucher les plus de 50 ans et s’organisent. Ainsi le « Forum des employeurs » œuvre pour la reconnaissance des seniors. Il est passé de 18 membres à sa création en 1996 à 220, aujourd’hui. Pour eux, le potentiel des seniors doit être exploité et leurs compétences transmises aux plus jeunes.

    En Finlande dès 1998 pour faire face au vieillissement de la population active, le gouvernement s’est engagé dans un vaste programme assorti d’un plan de communication « l’expérience des seniors est un patrimoine national ». Résultat : le taux d’activité des 55-59 ans est passé de 50% en 1998 à 65,7 % en 2005.

    Quelques thèmes de réflexion
    La pyramide des âges française n’induit-elle pas d’agir dès maintenant ? Avec la fin des dispositifs de préretraite, le management des seniors s’impose aux entreprises et déjà certaines d’entre elles s’engagent dans cette voie.

    Le dispositif « Cap 25 » mis en place par la Caisse d’Epargne en janvier 2005 s’inscrit dans le cadre d’une démarche GPEC. Il est proposé entre autres aux collaborateurs de 50 ans et plus, un bilan de carrière approfondi et un séminaire de 5 jours sur l’évolution de leurs métiers et la stratégie du groupe devenu quasi mondial.

    Chez Grand Optical d’ici à 2 ans, les seniors devront représenter 1/3 des effectifs dans les magasins. Objectif : être en phase avec une clientèle en majorité âgée de plus de 45 ans.

    Parmi diverses mesures, pour favoriser l’emploi des seniors, le projet de loi sur la participation propose de supprimer la contribution Delalande et le délai d’attente de 6 mois pour un retour du senior retraité dans son entreprise. De quoi faciliter la transmission des savoirs.

    Les transferts de savoir faire, les groupes de travail transversaux et les parcours individualisés sont autant d’actions envisageables.