Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    La qualité de vie au travail comme fer de lance du recrutement

    17 December 2020

    Créée en mai 2014, la société Coruscant édite des médias thématiques dédiés à l'emploi. Toutefois, elle est plus connue par la plateforme d'informations et de recrutement qu'elle gère, " Welcome to the jungle ". Son produit phare, que vous nommerez WTTJ pour démontrer que vous faites partie des initiés, cible l'emploi et le recrutement des jeunes adultes, ceux que l'on appelle les " millenials " car ils sont nés entre le début des années 80 et la fin des années 90 ou encore la génération Y représentant, parait-il, la trace du fil de leur baladeur sur leur torse.

    Des références qui parlent à leur public

    Toutes les marques ou appellations de Coruscant sont des références très connues par leur public, c'est-à-dire les jeunes de 20 à 40 ans, salariés ou à la recherche d'un premier emploi. A commencer par leur raison sociale Coruscant qui est une planète de l'univers Star Wars, capitale de la République puis de l'Empire, siège du gouvernement et foyer des Jedi, rien que cela. De même, pour les amateurs de rock, " Welcome to the jungle " est d'abord un des titres les plus fameux du groupe Guns N' Roses dans les années 80. En 2016, elle réitère l'expérience, avec certes moins de succès, en lançant un média dédié à l'emploi dans la mode, le luxe et la beauté nommé " Show must go on " qui restera une référence pour les fans de Freddy Mercury et de Queen. Et que dire du nom de leur rubrique " Born to be Wild " dédié au recrutement dans le conseil, l'audit et la finance, si ce n'est que le titre sera probablement plus connu par les amateurs du groupe Steppenwolf ou du film " Easy riders " mais aussi d'ACDC, Motorhead, Status Quo, entre autres.

    Un profil différent pour présenter les offres d'emploi

    Les employeurs qui souhaitent publier leurs offres d'emploi sur le site WTTJ doivent jouer le jeu et accepter que leur profil soit créé par les équipes de Coruscant en respectant des contraintes telles que des photos et des vidéos des locaux de travail, des entretiens délivrant la vision de l'entreprise et de son projet par les dirigeants et les collaborateurs, mais aussi des informations concernant la répartition homme/femme, le taux de turnover et même l'ambiance de travail. Des éléments qui ne sont souvent que très brièvement présentés dans les offres classiques, qui se contentent plus souvent d'une description, sur plusieurs lignes, du profil, des compétences requises et, bien sûr, du salaire annuel brut auquel peut prétendre le postulant, quel que soit son niveau de formation et sa compétence par rapport au poste.

    La qualité de vie au travail parle aux jeunes

    Coruscant, sur sa plateforme Welcome to the jungle, évoque souvent les problématiques liées à la qualité de vie au travail. Jérémie Clezat, co-fondateur de la société aux côtés de Bertrand Uzeel, estime que " les entreprises ont tendance à raisonner comme il y a plusieurs décennies. Elles pensent que les éléments qui permettent d'attirer ou de fidéliser les salariés sont le salaire, le temps de transport et les tickets restaurant ", alors que " l'esprit d'équipe, la croyance en un projet, la quête de sens sont des points qui importent de plus en plus pour recruter et fidéliser ". Son constat peut paraître brutal mais il n'est certainement pas dénué de bon sens et la preuve en est donnée par les clients prestigieux qui se pressent de publier leurs offres d'emploi sur le site et qui en sont probablement également convaincus. En se pliant aux règles et à la charte des offres publiées sur Welcome to the jungle, elles seront lues avec plus d'attention par les futurs cadres de ces entreprises.

    La semaine de 4 jours, une idée novatrice ?

    L'entreprise s'applique à elle-même l'un des principes de la qualité de vie au travail en ayant instauré la semaine de travail de quatre jours à ses collaborateurs, ceci dès 2019. Camille Fauran, directrice générale de WTTJ, déclarait récemment dans un média dédié aux cadres que cette idée leur était venue naturellement. Disposer d'une journée libre par semaine apporterait un équilibre entre vie privée et vie professionnelle, particulièrement pour les jeunes salariés. Et le choix proposé entre le mercredi, jour où les enfants ne vont pas à l'école, ou le vendredi, propice à la préparation d'un weekend festif, est également réfléchi.

    En cela, elle ne fait qu'imiter d'autres entreprises qui ont mis en place la semaine de quatre jours avant elle et qui ont pu constater les bénéfices qu'elles en retiraient : une productivité accrue et une implication plus forte dans l'entreprise. Elle évoque s'être notamment inspirée de l'organisation néozélandaise Perpetual Guardian. Cette dernière s'est elle-même basée sur des recherches qui démontrent que l'Homme au travail n'est réellement capable de rester concentré et créatif que pendant un nombre limité d'heures seulement. Et de citer le psychologue Anders Ericsson qui déclarait que " Si vous poussez les gens à aller au-delà des limites dans lesquelles ils peuvent se concentrer de manière maximale, ils finiront probablement par acquérir des habitudes néfastes. "

    Le marché des sites d'offres emploi

    Avec la multiplication des sites d'offres d'emploi, le coût unitaire de publication a fortement baissé. Des annonces qui étaient facturées jusqu'à 1000 euros au début des années 2000, ne le sont aujourd'hui qu'au plus à 800 euros sur les " jobboards " les plus réputés que sont Keljob, Cadremploi ou RegionJob. Et que dire des offres publiées sur des sites d'annonces généralistes comme Le bon coin qui n'en demande que 150 euros. C'est donc sur ce constat que Coruscant est positionnée et montre pourtant une belle santé même si elle reconnait que la crise COVID-19 a fortement impacté le marché de l'emploi, au travers d'une baisse de 43 % des publications d'offres d'emploi sur le site principalement dans les secteurs du tourisme, de l'hôtellerie, de la restauration ou encore du luxe.

    Une croissance accompagnée

    Aujourd'hui, la communication de l'entreprise est centrée sur le produit WTTJ mais elle n'oublie pas ses priorités. Dès 2017, un tour de table de 2 millions d'euros est réalisé auprès de quatre business angels dont l'identité n'est pas dévoilée. Et déjà le développement à l'international est dans les objectifs principaux avec des implantations en Allemagne, Espagne, Italie et au Royaume-Uni. En 2019, elle dispose d'un portefeuille clients de 2 200 entreprises dont Doctolib, Carrefour ou Louis Vuitton. Elle annonce une nouvelle levée de fonds de 20 millions d'euros cette fois auprès de Gaia Capital Partners, Bpifrance, XAnge et Jean-Paul Guisset notamment.

    Aujourd'hui, ce sont 3 000 entreprises en Europe qui font appel à leurs services et 2 millions de visiteurs uniques. Elle vient de lancer un nouveau produit présenté comme un " Netflix " du développement personnel et professionnel. Welcome Originals est un catalogue de vidéos, qui compte déjà 70 contenus qui sont autant de documentaires, reportages ou entretiens sur des thématiques liées au management, à la reconversion ou à la confiance en soi, par exemple. Et avec des intervenants tels que le grand chef Pierre Gagnaire, l'avocat et spécialiste de l'art oratoire Bertrand Perier ou encore le regretté styliste Kenzo Takada, gageons que le contenu sera de valeur.

    Cette lettre est réalisée par : Stéphane Chen
    , Pierre-louis Passalacqua
    , Denis Kientz

    Les articles des experts SVP sur le même thème :