Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    La startup du mois : Aryballe Technologies

    10 octobre 2019

    Créée en mars 2014, Aryballe Technologies développe des solutions pour la détection et l'identification des odeurs. Ses " nez électroniques universels " sont capables d'identifier une odeur en quelques secondes parmi plusieurs milliers d'odeurs répertoriées. Son premier équipement, qui se présente comme une télécommande, capture les composés organiques volatils libérés par l'odeur dans l'air pour déterminer exactement la signature de l'odeur.

    Un " nouveau-nez " créé en laboratoire qui imite l'homme

    A partir d'un développement au sein d'un laboratoire mixte du CEA-CNRS, et protégé par un brevet déposé en 2012, Aryballe Technologies a mis au point un dispositif portatif qui " renifle " les odeurs via un ventilateur intégré. Les molécules portées par les composés organiques volatils sont ensuite captées, par affinité, par les nanocapteurs embarqués, exactement comme ce qui se passe à l'intérieur du nez humain sur les 350 récepteurs membranaires présents sur les neurones des muqueuses olfactives. Une fois les molécules de l'odeur fixées, une image est générée afin de créer la signature visuelle de celle-ci. Cette image est alors transmise vers la base des signatures d'odeurs d'Aryballe Technologies qui en compte déjà plusieurs milliers, puis, une fois analysée, l'odeur est identifiée.

    Améliorer le sens olfactif de l'humain

    Les premières applications des équipements développés par Aryballe Technologies se situent dans le médical (accompagner les personnes atteintes de trouble de l'odorat), dans l'agro-alimentaire (identifier des produits dont l'odeur ne correspond pas à la norme ou au niveau de qualité/fraicheur attendu), l'environnement (mesurer le niveau de pollution), la sécurité des personnes (alerter de la présence de substances toxiques ou dangereuses) et même, dans un futur proche, directement dans les équipements électroménagers, par exemple, un réfrigérateur capable de détecter des produits périmés.

    La commercialisation de son premier produit NeOse, présenté lors du CES 2018 (Consumer Electronic Show, le plus grand salon de l'électronique), a permis à Aryballe Technologies de réaliser un chiffre d'affaires de l'ordre d'un million d'euros la première année.

    Un accompagnement obtenu auprès d'industriels partenaires

    L'entreprise avait bénéficié d'un apport auprès de la société de capital innovation Innovacom. Cette dernière était entrée au capital de la jeune pousse en 2016, à l'occasion d'un tour de table 3,1 millions d'euros auquel avait aussi contribué Asahi Kasei, un grand industriel japonais présent dans le textile, les matériaux, le médical, et également actif dans les composants électroniques et notamment les capteurs.

    Aryballe Technologies a annoncé en juillet 2019 un nouveau financement de 6,2 millions d'euros. La somme a été apportée pour partie par deux nouveaux partenaires industriels. Le premier, IFF (International Flavors & Flagrances), est un groupe spécialisé dans les arômes et des parfums et son intérêt pour la technologie est évident. Le second, plus surprenant, est le constructeur automobile Hyundai. Le directeur Open Innovation Investment de Hyundai Motor déclarait à cette occasion qu'à travers le partenariat avec Aryballe Technologies, " Hyundai espère développer des capteurs olfactifs pour les véhicules en vue de proposer des expériences innovantes, dont le maintien de la propreté des voitures via la détection d'odeurs, et la sécurité en détectant des odeurs intérieures caractéristiques dans le cadre par exemple d'un programme de maintenance prédictive. "

    Le marché grand public pour apporter la technologie au plus grand nombre

    Grace à cet apport, l'entreprise va poursuivre ses efforts pour réduire la taille de son capteur et l'industrialiser dans les volumes de masse générés par le marché des applications domestiques. Elle souhaite également développer une base de données d'odeurs la plus exhaustive possible.

    Tristan Rousselle, CEO et cofondateur, espère pouvoir annoncer dès le prochain CES en 2020 les premiers capteurs olfactifs intégrés dans l'électrodomestique, via des partenaires. Ce nouveau pas serait significatif d'une réelle démocratisation de la technologie.

    Cette lettre est réalisée par : Denis Kientz, Pierre-louis Passalacqua, Stéphane Chen

    Les articles des experts SVP sur le même thème :