Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    L'AFEST : quand la situation de travail devient formation

    05 mars 2020

    Introduite dans le Code du travail par la Loi " Avenir Professionnel " du 5 septembre 2018, l'AFEST – action de formation en situation de travail – est une action de formation à part entière. Si le principe n'est pas nouveau, la loi a permis d'en formaliser le cadre. Elle a aussi permis de reconnaître que le travail est en lui-même un levier dans le développement des compétences.

    Une action de formation pleine d'avantages…

    En effet, alors qu'elle était déjà pratiquée, en étant parfois perçue comme une simple " formation sur le tas ", l'AFEST a désormais acquis ses lettres de noblesse. Devenue, au même titre que le présentiel et que la formation à distance, une véritable action de formation professionnelle, elle s'inscrit donc dans le cadre d'un parcours pédagogique " permettant d'atteindre un objectif professionnel " (article L. 6313-2 du Code du travail).

    Ce qui fait une de ses forces, c'est qu'elle met le travail au centre du processus d'apprentissage, en s'appuyant sur des situations concrètes, réelles et variées (à l'inverse par exemple de la simulation). L'AFEST est donc réalisée sur le lieu de travail et non dans des locaux séparés ou au sein d'un organisme externe.

    Elle permet donc aux entreprises d'adapter les formations à leur contexte propre, alors que l'offre des prestataires extérieurs ne répond pas toujours aux besoins ou aux compétences très spécifiques développées au sein des organisations.

    Elle leur donne aussi la possibilité de " coller " au mieux aux évolutions de leurs activités ou de leurs métiers et donc d'accompagner plus rapidement leurs collaborateurs lors du développement de nouveaux produits ou pour attaquer de nouveaux marchés. Dans le contexte de transformation digitale, c'est un avantage non négligeable.

    Enfin, l'AFEST peut séduire certains salariés - pas toujours enclins à se former – en leur offrant des contenus " sur mesure ", ajustés au mieux à leur niveau et leur rythme d'apprentissage. C'est un moyen d'augmenter l'engagement et même la confiance en soi pour des salariés parfois peu diplômés ou formés.

    Encadrée et organisée…

    Premier point à noter : l'AFEST étant désormais reconnu comme une véritable action de formation, elle peut être réalisé seule ou associée avec d'autres modalités.

    Elle comporte deux sortes de séquences pédagogiques, articulées entre elles :

    - des mises en situation professionnelle, qui, si elles sont de véritables situations de production, doivent être aménagées en fonction du but recherché,

    - des phases réflexives distinctes : ces temps de prise de recul permettent aux salariés de tirer des enseignements des situations de travail, notamment en termes d'acquis ou d'attendus à consolider ou non.

    L'idée est bien sûr d'accompagner le salarié formé pour que la séquence de travail " pédagogique " vécue puisse être transformée en compétences réutilisables et transférée à d'autres situations professionnelles. Il convient aussi de rappeler que le salarié a le droit à l'erreur et qu'il doit pouvoir bénéficier d'un temps de production plus long. L'idée de l'AFEST est de lui permettre d'expérimenter sans stresser.

    ...en plusieurs étapes

    La mise en œuvre de la formation en situation de travail comprend :

    - l'analyse de l'activité de travail afin, notamment de l'adapter aux objectifs pédagogiques souhaités,

    - la définition d'un parcours de formation, mettant en avant les compétences à acquérir,

    - la désignation en amont d'un formateur, pouvant exercer une fonction tutorale : ce dernier peut être un collègue ou un supérieur hiérarchique du salarié formé, il doit être volontaire et exercé bien évidemment l'activité en question,

    - la mise en place de phases réflexives,

    - l'organisation d'évaluations spécifiques des acquis,

    - la traçabilité de la formation : l'employeur doit pouvoir fournir les preuves de la réalité de l'action.

    Cette lettre est réalisée par : Delphine Guidat
    , Anne-catherine Auzanneau
    , William Kennedy

    Les articles des experts SVP sur le même thème :