Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Le marketing territorial 2.0, comment ça marche ?

    28 mai 2014

    Les villes communiquent de plus en plus afin de valoriser leur territoire, utilisant des outils qui étaient à l'origine uniquement utilisés par les entreprises privées. Les médias sociaux jouent un rôle de plus en plus déterminant dans la relation entre les collectivités locales et les citoyens. On parle désormais de marketing territorial 2.0.

    Qu'est-ce que le marketing territorial 2.0

    Le Marketing territorial vise, grâce à l'utilisation d'outils du marketing traditionnel, à la valorisation d'un territoire, ce à quoi il faut ajouter la notion de webmarketing, qui utilise les mêmes méthodes mais sur la toile. Ces deux notions ont pris beaucoup d'importance avec l'apparition du web 2.0 : Internet n'étant plus un lieu où l'on ne fait que générer du contenu mais un terrain sur lequel on interagit. Cette mutation a modifié le comportement des utilisateurs : c'est la relation entre les citoyens et les institutions qui ont été bouleversées car les premiers deviennent consommateurs. Ils envisagent désormais les services publics comme des produits : les comparent, les critiquent et les partagent.

    Les médias sociaux au centre de la stratégie

    Aujourd'hui, il est aussi nécessaire, d'appréhender, de comprendre et d'utiliser les nouveaux supports : les médias sociaux, les nouvelles manières de communiquer afin de pousser les internautes à devenir de véritables partenaires, des ambassadeurs. C'est possible, à condition de se positionner sur les mêmes supports.

    Pour cela, il est préférable de mettre en place une veille e-réputation qui permet à la fois de savoir où se situent les internautes et de connaître quelle image du territoire ils véhiculent.

    Créer, fédérer, animer

    Ensuite, il faut établir une stratégie afin de créer sa communauté et rayonner sur le web. Dans cette optique, il faut garder à l'esprit qu'une organisation doit être dans une logique de contre don : les individus vont adhérer à une communauté afin de répondre à des besoins qui leurs sont propres. Dans le cadre d'une ville, institution publique ou collectivité locale on parle de : communauté d'intérêt.

    Le créateur de Facebook, Mark Zuckeberg, explique : « on ne créé pas une communauté. Les communautés existent déjà ».L'enjeu, est de trouver le moyen de mobiliser, fédérer ces acteurs dans le sens qui convient à l'organisation.

    Cette lettre est réalisée par : Alexandra Audes, Baudouin Despres, Géraldine Sourdot