Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    Les médecins utilisent trop la mention «non-substituable » selon le Gemme

    08 June 2012
    Une enquête BVA réalisée en mars 2012 pour le Gemme, (Générique même médicament) révèle que 22% des ordonnances portent la mention « non-substituable ». L'association indique également que « ce taux est encore plus élevé pour les médecins généralistes de plus de 55 ans et avec une patientièle importante ».

    Baisse des médicaments génériques

    L'enquête BVA a porté sur 200 médecins généralistes du 19 au 30 mars 2012. Elle a été réalisée pour le Gemme, association qui réunit 12 professionnels du médicament générique : Arrow, Biogaran, Cristers, EG Labo, H2 Pharma, Médis, Ranbaxy, Sandoz, Substipharm, Teva Laboratoires, Zentiva et Zydus. Le résultat a permis, selon le Gemme, de quantifier le taux d'ordonnances portant la mention de non-substituable : 22% des ordonnances comportent cette mention.

    Selon l'association cela contribue directement à la baisse de la délivrance des médicaments génériques, accentuée en mars. Cela représente également un coût pour l'Assurance maladie de 180M d'euros et 80 M d'euros pour l'Assurance maladie complémentaire.

    Face à ce constat, le Gemme demande aux pouvoirs publics de prendre des mesures telles que « lancer une campagne de communication pour affirmer la qualité des médicaments génériques, encadrer l'usage de la mention « NS », développer la prescription au sein du répertoire des médicaments génériques ».

    Cette lettre est réalisée par : Valérie Belair, Jacques Dugravier, Géraldine Sourdot

    Les articles des experts SVP sur le même thème :