Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Les perturbateurs endocriniens et risque chimique

    12 novembre 2018

    Lorsqu'on évoque les perturbateurs endocriniens, on pense immédiatement à la santé publique. Or, nombreux sont les travailleurs exposés à ces substances du fait de leur travail, dans la plasturgie (bisphénol A) ou dans l'agriculture (pesticides) par exemple. L'Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) a publié, en juin 2018, une Étude Documentaire relative aux enjeux, à ses actions et à ses recommandations dans le traitement de ce risque d'exposition des travailleurs à ces substances.

    Les glandes et perturbateurs endocriniens

    Les glandes sont des organes dont la fonction est la sécrétion des substances nécessaires au bon fonctionnement du corps humain. Il existe deux types de glandes, les glandes exocrines, dont le produit est excrété à l'extérieur du corps, comme les larmes ou la salive entre autres, et les glandes endocrines qui sécrètent leur produit (hormones) dans le sang directement, à l'image des ovaires et des testicules qui secrètent les hormones femelles et mâles (progestérone et testostérone). Les perturbateurs endocriniens empêchent le bon fonctionnement des hormones dans le corps humain; la perturbation de la fertilité pour illustration.

    Les enjeux

    La recherche en premier lieu, car il faut pouvoir apporter la preuve de cette perturbation d'une substance ou d'un mélange de substances. En second lieu, l'aspect règlementaire, afin d'informer, par voie d'étiquetage, les utilisateurs de cette spécificité voire imposer le retrait du marché d'un certain nombre de substances. En dernier lieu, la prévention, en l'espèce, l'INRS recommande de traiter les perturbateurs avérés ou suspectés comme les agents chimiques cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction CMR.

    L'étude documentaire de l'INRS (ED8001) est disponible en téléchargement à l'adresse :

    http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=ED%208001&utm_source=lettre-information-INRS-septembre-2018&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter-INRS

    Cette lettre est réalisée par : Constantin Moussan, William Kennedy, Pierre-louis Passalacqua

    Les articles des experts SVP sur le même thème :